Les Etats-Unis ont demandé une nouvelle réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Corée du Nord après les tirs par ce pays de plusieurs missiles depuis une semaine, a-t-on appris mardi de sources diplomatiques.

Cette réunion, à huis clos, devrait se tenir jeudi, a précisé à l’AFP l’une de ces sources sous couvert de l’anonymat, en indiquant que le Royaume-Uni, la France, l’Irlande, l’Albanie et le Mexique avaient exprimé leur soutien avec cette initiative américaine. «Nous allons continuer à faire monter la pression sur les Nord-Coréens», a déclaré mardi l’ambassadrice américaine à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, lors d’un entretien avec le Washington Post.

Lire aussi: Corée du Nord: Kim Jong-un rejette l’offre de dialogue des Etats-Unis

Le 10 janvier, la précédente réunion du Conseil de sécurité, demandée par sensiblement les mêmes pays, avait été suivie de peu d’un nouvel essai balistique nord-coréen, qualifié de «provocation» par un diplomate d’un pays membre du Conseil de sécurité.

Des essais malgré les sanctions

Dans une déclaration conjointe, six pays – Etats-Unis, Albanie, France, Irlande, Japon et Royaume-Uni – avaient alors appelé Pyongyang «à s’abstenir de toute nouvelle action déstabilisatrice». La Corée du Nord avait ignoré cet appel et poursuivi ses essais de missiles, y compris encore ce lundi.

Mercredi dernier, après la prise de sanctions financières par les Etats-Unis à l’égard de cinq Nord-Coréens, Washington a entrepris une démarche au Conseil de sécurité pour étendre les sanctions individuelles internationales de l’ONU à ces cinq individus.

Une procédure d’examen est en cours à ce sujet, mais des diplomates estiment que la Russie et la Chine, dotées d’un droit de veto et qui militent depuis plus d’un an pour un allègement à des fins humanitaires de sanctions à l’égard de la Corée du Nord, pourraient bloquer dans la semaine cette initiative américaine.