C’était il y a presque trois ans: à Hajjah, dans le nord du Yémen, une bombe s’abattait sur les participants d’un mariage, tuant 33 personnes dont une majorité d’enfants et de femmes, y compris la mariée. Des dizaines d’autres tragédies similaires se sont succédé, touchant ici un bus empli d’écoliers, là des petits bateaux de pêcheurs. Dans tous les cas, les témoins n’ont pas tardé à dénicher les fragments de bombes coupables de ces tueries de civils: des bombes américaines, souvent de haute précision, fournies par les Etats-Unis au gouvernement saoudien.