Le couvre-feu a été prolongé à Louisville. Un calme apparent était revenu dans la journée de jeudi dans cette ville du Kentucky après l'annonce de l'arrestation de 127 manifestants dénonçant les suites judiciaires de l'homicide de l'Afro-Américaine Breonna Taylor.

Après les échauffourées de la veille au soir, Louisville avait des allures de ville fantôme alors que certains quartiers demeuraient difficiles d'accès, sous le contrôle des forces de l'ordre, selon des journalistes de l'AFP sur place. «Cela va être plus violent ce soir (jeudi)», confiait Marcus Reede, un quinquagénaire noir travaillant dans un restaurant local. «Les gens en ont assez.»

Lire aussi: La colère grandit aux Etats-Unis après une nouvelle bavure policière

En début de soirée, une centaine de manifestants se sont rassemblés dans le centre-ville, malgré la prolongation jusqu'au week-end d'un couvre-feu prenant effet à 21 heures.

Des poursuites qui divisent

Le procureur du Kentucky avait annoncé mercredi ne pas poursuivre pour homicide les policiers ayant tué Breonna Taylor. La femme de 26 ans est décédée le 13 mars, quand trois agents ont fait irruption chez elle en enfonçant la porte de son domicile en pleine nuit. Armé, le compagnon de la victime, croyant à une intrusion criminelle, avait ouvert le feu.

Lire aussi: Mort de Breonna Taylor: une décision judiciaire relance la colère aux Etats-Unis

Un seul membre du trio policier a finalement été poursuivi, pour mise en danger de la vie d'autrui, en raison de ses tirs qui ont traversé l'appartement de voisins de Breonna Taylor. Aucun chef d'inculpation n'a été retenu contre ses deux collègues, pourtant les auteurs des tirs qui ont tué l'Afro-Américaine.