Les ministres des Affaires étrangères des Etats-Unis, de l’Australie, du Japon et de l’Inde ont commencé vendredi leurs discussions sur l’approfondissement de leur alliance dite du Quad, qui vise à contenir l’expansion de l’influence chinoise dans la région Asie-Pacifique.

«Ensemble, nous formons un réseau vital de démocraties libérales qui s’engagent à coopérer concrètement et à faire en sorte que tous les pays de l’Indo-Pacifique, grands et petits, soient en mesure de prendre leurs propres décisions stratégiques, sans coercition», a déclaré vendredi la ministre australienne des Affaires étrangères Marise Payne, en amont du sommet.

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a assuré que, même si Washington se focalise à l’heure actuelle sur la menace russe en Ukraine, le défi à plus long terme reste l’avancée de la Chine, qui remet en cause «l’ordre traditionnel».

«A mon avis, il ne fait guère de doute que l’ambition de la Chine, à terme, est de devenir la première puissance militaire, économique, diplomatique et politique, non seulement dans la région mais aussi dans le monde», a-t-il déclaré au journal The Australian à la veille des discussions.

Le groupe du Quad a été lancé en 2007 mais n’a vraiment pris forme qu’une dizaine d’années plus tard, après des affrontements violents à la frontière entre l’Inde et la Chine et un déploiement de la puissance militaire chinoise dans la mer de Chine méridionale.

Lutte contre la pandémie

Après des exercices navals communs en 2020 dans le golfe du Bengale, la rencontre de Melbourne vise à approfondir la coopération dans des domaines tels que la lutte contre le Covid-19, les questions des technologies de l’information, avec notamment le déploiement des réseaux de télécommunications 5G, ou encore le changement climatique.

Le ministre japonais des Affaires étrangères Yoshimasa Hayashi a expliqué en janvier devant son Parlement que le Quad permettait d’établir «un ordre libre et ouvert fondé sur l’Etat de droit» dans la région Asie-Pacifique.

Lire aussi: Une étude s'alarme d'un recul de la démocratie dans le monde en 2021

La pandémie a permis au groupe de s’attribuer une mission plus large que l’endiguement de la puissance chinoise. Les quatre pays ont utilisé ce cadre pour s’engager à distribuer 1,3 milliard de vaccins, dont 500 millions ont déjà été livrés, selon Marise Payne.