La mise en garde est inhabituellement précise. Un haut responsable américain chargé du contre-terrorisme a accusé jeudi le Hezbollah libanais de stocker du nitrate d’ammonium pour l’utiliser en tant qu’explosif pour préparer des attentats. Parmi les pays cités, aux côtés de la France, de la Grèce, de l’Italie ou de l’Espagne figure aussi nommément la Suisse. «Pour quelle raison le Hezbollah stockerait-il du nitrate d’ammonium sur le territoire européen?» s’est interrogé Nathan Sales, le responsable au Département d’Etat américain. «La réponse est claire: il peut ainsi mener des attaques terroristes majeures dès que ses maîtres à Téhéran considèrent que c’est nécessaire.»

Ces accusations américaines, formulées d’abord lors d’une réunion de l’American Jewish Committee, interviennent après que l’explosion d’un dépôt contenant 2750 tonnes de nitrate d’ammonium a ravagé une partie de Beyrouth. Ce composé est utilisé pour les engrais en agriculture, mais aussi en tant qu’explosif.