Politique internationale

États-Unis: Nancy Pelosi, habile toréra face à Donald Trump

En demandant au président de repousser son discours sur l’état de l’Union à cause du chaos lié au «shutdown», la présidente de la Chambre des représentants, désormais privée d'un voyage, consolide son rôle de figure de l’opposition. Et prend des risques

Il l’appelle «Nancy», elle lui donne du «Monsieur le président». Nancy Pelosi, la nouvelle speaker (présidente) de la Chambre des représentants, et désormais femme la plus puissante de la politique américaine, ne se laisse pas intimider par Donald Trump. A 78 ans, la démocrate incarne le début d’une nouvelle ère de confrontation avec le président républicain. Elle vient de toucher à l’intouchable: en raison du chaos induit par le shutdown, elle a ni plus ni moins osé demander à Donald Trump de repousser son discours sur l’état de l’Union. Un acte symbolique puissant.

«Fixer une autre date»

«Malheureusement, compte tenu de la situation sécuritaire et à moins que le gouvernement ne rouvre cette semaine, je propose que nous fixions une autre date pour cette allocution, après la réouverture de l’administration, ou que vous envisagiez de transmettre par écrit au Congrès votre discours prévu pour le 29 janvier», écrit-elle, mercredi, dans une lettre. Du jamais vu. Depuis le 22 décembre, plus de 800 000 fonctionnaires ne reçoivent plus leur paie. Les tractations se heurtent sur le «mur» voulu par Donald Trump entre les Etats-Unis et le Mexique. Le président exige une enveloppe de 5,7 milliards de dollars; les démocrates refusent un «mur» jugé immoral et inutile.