L'essentiel

  • L'idée d'un «passeport Covid» est-elle à l'étude en Suisse? Guy Parmelin a évoqué la piste dans presse dominicale: dans les transports publics, le masque pourrait être obligatoire pour les personnes non vaccinées. Mais le Conseiller fédéral a reconnu que la transmission du virus par des personnes vaccinnées restait incertaine.
  • Les Etats-Unis se rapprochent du demi-million de morts, alors que les vaccins permettent d'entrevoir une lueur d'espoir

Retrouvez notre suivi de la journée d'hier samedi


■ Bientôt un demi-million de morts aux Etats-Unis

Les Etats-Unis se préparent à franchir le sombre cap des 500 000 morts du Covid-19, au moment où nombre d'indicateurs, au premier rang desquels le rythme des vaccinations, offrent de vraies lueurs d'espoir. «C'est terrible, c'est horrible», a réagi dimanche l'immunologue Anthony Fauci, conseiller de Joe Biden, à l'évocation de ce palier macabre.
«Nous n'avons rien connu de tel depuis plus de 100 ans, depuis la pandémie de 1918», a-t-il rappelé sur CNN. «C'est quelque chose qui restera dans l'histoire. Dans des décennies, les gens parleront encore de ce moment où tant de gens sont morts».

Selon les chiffres de l'université Johns Hopkins qui fait référence, le décompte s'élevait dimanche matin à un peu plus de 497 000 morts. Le premier mort du Covid-19 aux Etats-Unis avait été annoncé il y a un an, le 29 février 2020. Il s'était passé environ trois mois avant que le pays ne franchisse la barre des 100 000 morts.

Le seuil des 400 000 décès avait été dépassé en janvier, à la veille de l'investiture de Joe Biden, qui a fait de la lutte contre la pandémie la priorité absolue de son début de mandat.
«500 000! C'est près de 70 000 de plus que tous les Américains morts pendant la Seconde Guerre mondiale, sur une période de quatre ans», a souligné vendredi le locataire de la Maison Blanche.


■ Revente des doses AstraZeneca par la Suisse

La Suisse envisage de revendre les vaccins anti-Covid d'AstraZeneca, selon la NZZ am Sonntag. Dans la situation actuelle, la Confédération ne dépend pas des doses d'AstraZeneca. Pour cette raison, les autorités examinent la possibilité de les donner à d'autres, a expliqué la vice-directrice de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), Nora Kronig, au journal alémanique.

Un retrait du contrat n'est pour l'heure pas une option. Mais il pourrait être étudié si le vaccin ne devait pas recevoir l'autorisation de Swissmedic, a-t-elle ajouté. Du côté du fabriquant, on ignore tout des projets de la Confédération. AstraZeneca prépare la livraison des vaccins, a-t-elle assuré au journal zurichois.


■ Le vaccin russe arrive à Gaza

Quelque 20 000 doses de vaccins anti-Covid Sputnik V sont arrivées dimanche dans l'enclave palestinienne de Gaza en provenance des Emirats arabes unis et via la frontière égyptienne, selon des responsables et des témoins.

Ces vaccins sont «destinés aux équipes médicales» de la bande de Gaza, a indiqué un groupe dirigé par un dissident du mouvement palestinien Fatah, Mohammed Dahlan, qui vit actuellement en exil aux Emirats et revendique la responsabilité de ce transfert.

A Gaza, environ 54 000 infections ont été enregistrées depuis le début de la pandémie, dont plus de 500 morts, mais des sources médicales ont fait état d'une diminution des hospitalisations ces dernières semaines.

L'acheminement de vaccins anti-Covid depuis les Emirats arabes unis, et sous la responsabilité revendiquée de Mohammed Dahlan, intervient dans un contexte politique chargé dans les Territoires palestiniens avec des premières législatives en 15 ans prévues en mai prochain.


■ En Israël, shopping et fitness font leur retour

L'Etat hébreu a rouvert dimanche les centres commerciaux et les commerces de rue pour l'ensemble de la population dans le cadre de son troisième déconfinement depuis le début de la pandémie.

Si des lieux sont ouverts à tous, d'autres toutefois sont réservés uniquement aux personnes munies d'un «badge vert», signifiant qu'elles ont reçu la seconde dose de vaccin depuis au moins une semaine ou qu'elles ont récupéré de la maladie. Près de la moitié de la population a été vaccinée.

Tom John s'est dûment enregistré avant de se présenter à sa salle de sport à Tel-Aviv, la métropole israélienne au bord de la Méditerranée. Le trentenaire s'est connecté à l'application de sa salle et y a téléversé son «badge vert», l'attestation en ligne du ministère de la Santé prouvant dans son cas qu'il a bien reçu la seconde dose du vaccin Pfizer/BioNTech, explique-t-il à l'AFP. «On appuie ici pour télécharger l'attestation du badge vert, et après on peut rentrer quand on veut», montre celui qui reprend l'entrainement en salle après des mois de pause.


■ Manifestation interdite à Sion

A Sion, la Police cantonale et la Police Régionale des Villes du Centre ont procédé à des identifications de personnes et mènent une enquête afin de déterminer qui sont les organisateurs d'une manifestation non-autorisée contre les directives liées à la lutte contre le Covid-19, samedi.

«Un peu moins de cent personnes se sont réunies à Sion afin de protester contre les directives liées à la lutte contre le coronavirus. Ce rassemblement a eu lieu sans l’autorisation de la Ville de Sion. La Police cantonale ainsi que la Police régionale des Villes du Centre sont intervenues pour dissoudre la manifestation. Plusieurs personnes ont été identifiées seront dénoncées», écrit la police dans un communiqué.


■ En Italie, le week-end ensoleillé suscite les attroupements

L'inquiétude est montée d'un cran ce week-end en Italie face à la propagation des variants du coronavirus et aux attroupements dans les grandes villes, favorisés par une météo particulièrement clémente.

«Je suis inquiet évidemment. Le regain des contagions est due en grande partie au variant anglais», a estimé Massimo Galli, l'un des plus éminents virologues italiens, qui exerce à l'hôpital Sacco de Milan, dans un entretien au quotidien romain Il Messaggero. «Pour être honnête, toutes les données vont dans la direction de l'augmentation des nouveaux cas», a-t-il ajouté.

En dépit de l'appel à «rester chez soi» lancé vendredi par l'Institut supérieur de la santé (ISS), l'organisme chargé de conseiller le gouvernement dans la lutte contre le Covid, des foules se sont déversées dans les rues, parcs et fronts de mer de plusieurs villes italiennes pour profiter du temps particulièrement ensoleillé et clément régnant ce week-end sur la péninsule.

La ville de Naples a réagi en fermant une partie de son front de mer, pris d'assaut par les habitants, tandis que les plages et bars d'Ostie, la localité balnéaire la plus proche de Rome, était elle aussi envahie par les badauds.

Dans le centre historique de la capitale, la Via del Corso, l'une des principales artères commerçantes, a été fermée. Même scènes d'attroupements le long des Navigli, les canaux du centre de Milan.


■ Nice, ville confinée les week-ends?

Nice et les Alpes-Maritimes sous cloche? Pour contrer la flambée du Covid-19 sur place, le gouvernement envisage de confiner la cinquième ville de France et ses environs, une mesure jusqu'alors inédite à l'échelon local en métropole.

En visite dans un hôpital niçois, le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué qu'il avait demandé au préfet de «continuer la concertation (...) avec l'ensemble des élus du territoire» en vue de «mesures complémentaires» qui pourraient être prises avant dimanche soir. «Ça pourrait prendre la forme d'une accentuation du couvre-feu, voire d'un confinement partiel ou total».

Le maire LR de Nice, Christian Estrosi, qui accompagnait le ministre sur place, s'est dit favorable à de telles mesures, déjà diversement accueillies par les habitants.

Le taux d'incidence de l'épidémie dans la métropole de Nice est particulièrement élevé: il dépasse 700 cas positifs pour 100 000 habitants, soit plus de trois fois la moyenne nationale (190).


■ Guy Parmelin ouvre la porte au masque obligatoire pour les non vaccinés

Le port du masque pour les personnes non vaccinées dans les transports publics pourrait s'imposer, selon le président de la Confédération Guy Parmelin. «Dans l'espace public, cependant, les mesures doivent généralement être aussi douces que possible», nuance-t-il.

Un masque pourrait être obligatoire pour les personnes non vaccinées dans les transports publics, a déclaré le conseiller fédéral dans les colonnes de la NZZ am Sonntag. «Je suppose qu'un test négatif pourrait être suffisant pour y avoir accès. Mais le test doit être du même jour», a encore souligné le ministre à la tête du Département fédéral de l'économie (DEFR).

Guy Parmelin donne une grande importance à la sécurité. «Si un festival de musique exige une preuve de vaccination, je trouverais cela compréhensible.» En principe, les organisateurs privés sont libres dans ce domaine et pourraient donc exclure les personnes non vaccinées, s'ils le souhaitent. Le Conseil fédéral doit encore discuter des règles applicables dans l'espace public.


■ Plus de 200 millions de doses de vaccins antiCovid

Selon un comptage de l'AFP, plus de 200 millions de doses de vaccins antiCovid ont été administrées à ce jour dans au moins 107 pays ou territoires. Pas loin de la moitié (45%) l'ont été dans les pays riches du G7. Ceux-ci n'hébergent pourtant que 10% de la population mondiale.

A ce jour, plus de neuf doses sur dix ont été administrées dans des pays à revenu élevé ou intermédiaire, au sens de la Banque mondiale. Parmi les 29 pays à faible revenu, seuls la Guinée et le Rwanda ont commencé à vacciner. 

Israël est, de loin, le pays le plus en avance, près de la moitié de sa population ayant reçu au moins une injection. Un Israélien sur trois a même reçu la seconde dose, complétant ainsi le processus de vaccination. La Suisse a elle passé cette semaine le cap des 100 000 personnes ayant reçu leur deuxième dose. La Nouvelle-Zélande a lancé ce samedi son programme de vaccination contre le Covid-19. Elle avertit toutefois qu'il s'agit seulement d'un petit pas dans la longue lutte contre la pandémie.

Parmi les autres pays qui ont passé la barre des 10% de population ayant reçu au moins une dose figurent notamment le Royaume-Uni (25%), Bahrein (16%) et les Etats-Unis (13%). 

Reposant sur des chiffres officiels, le bilan de l'AFP est toutefois sous-estimé. Deux grands pays, la Chine et la Russie, n'ont pas communiqué de nouvelles données depuis une dizaine de jours.