Internet

Les Etats-Unis proposent d'étendre un câble Internet sous-marin entre la Floride et Cuba

Conséquence directe de l'embargo, les connexions sur l'île sont aujourd'hui très mauvaises et hors de prix  

Les Etats-Unis ont proposé aux autorités cubaines de tendre un câble sous-marin entre Cuba et la Floride pour améliorer la qualité de l'accès à Internet sur l'île, a rapporté un responsable américain. Le taux de connexion y est parmi les plus faibles au monde.

«Nous sommes en train de travailler pour (...) analyser et préparer un environnement favorable en vue (d'installer) un câble sous-marin entre Miami et La Havane. Plusieurs propositions ont déjà été formulées au gouvernement cubain», a déclaré le responsable des communications au département d'Etat, dans un entretien au portail d'informations OnCuba publié lundi.

Les autorités cubaines «nous ont dit qu'elles étaient ouvertes à l'idée. Elles souhaitent voir des propositions écrites; elles veulent s'assurer que cela va fonctionner», a ajouté le fonctionnaire.

L'île de onze millions d'habitants figure parmi les pays où l'accès à Internet est le plus restreint et contrôlé pour les particuliers au monde. Selon des données du monopole d'Etat Etecsa, seuls quelque 150'000 Cubains ont pu se connecter chaque jour en 2015.

Lire: Les câbles sous-marins, clé de voûte de la cybersurveillance (23.08.2013)

Embargo

En raison de l'embargo imposé par les Etats-Unis à Cuba depuis 50 ans, l'île n'avait qu'un accès satellitaire à Internet jusqu'à l'arrivée en février 2011 d'un câble sous-marin de fibre optique installé par son allié politique le Venezuela.

Dans le cadre du dégel amorcé depuis fin 2014, les Etats-Unis ont placé les investissements de télécommunications en tête de leurs priorités pour l'île, mais sans grand résultat depuis.

Depuis 2013, Cuba a ouvert Internet au grand public, qui a désormais accès à des salles de navigation et, plus récemment, à des bornes Wi-Fi en extérieur. Mais le coût des connexions (environ 2 dollars de l'heure) reste exorbitant pour le plus grand nombre dans un pays où le salaire moyen est de 20 dollars mensuels.

Publicité