Le bagage, une sacoche d’ordinateur portable, a été détecté lors du passage aux rayons X avant le chargement dans l’appareil, a indiqué la police namibienne, précisant qu’il contenait des fils électriques et un système d’horlogerie. Elle n’a toutefois pas révélé s’il contenait ou non un explosif.

La police allemande a également dit ignorer pour l’heure si l’objet aurait pu exploser. Air Berlin, deuxième compagnie allemande, a elle confirmé que le paquet en question avait été découvert à l’aéroport et pas dans l’avion.

«Les passagers du vol, les bagages et l’appareil lui-même ont été soumis à des contrôles supplémentaires avant de décoller et d’arriver sans encombres dans la nuit à Munich», a indiqué la police allemande dans un communiqué. L’avion et ses 296 occupants avaient six heures de retard à leur arrivée dans la capitale bavaroise, selon une représentante de la compagnie.

Indices de projets d’attentats

L’objet suspect a été décelé le jour où le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière, lançait une mise en garde solennelle contre des risques accrus d’attentats, évoquant même un projet pour fin novembre. «Nous avons des indices concrets faisant état d’une série d’attentats planifiés pour la fin du mois de novembre.»

Ces informations, a indiqué M. de Maizière, ont pu être obtenues après l’envoi fin octobre du Yémen de colis piégés destinés à des centres communautaires juifs aux Etats-Unis. La décision allemande fait suite à «une information fournie par un de nos partenaires internationaux après l’affaire yéménite», a-t-il précisé.

«Il y a des raisons d’être inquiets mais il ne faut pas tomber dans l’hystérie. Nous ne nous laisserons pas intimider par le terrorisme international, que ce soit dans notre manière de vivre ou dans notre culture de liberté», a-t-il ajouté. C’était la première fois que l’Allemagne évoquait un projet aussi concret, même si aucune précision n’a été fournie sur la cible exacte.

Troisième contingent en Afghanistan

L’Allemagne reste une cible potentielle pour les terroristes, avec ses 4600 hommes qui servent dans les forces de l’OTAN en Afghanistan. Il s’agit du troisième contingent en terme d’effectifs après ceux des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne.

En 2002, quatorze touristes allemands figuraient parmi les vingt personnes tuées dans un attentat suicide contre une synagogue de Djerba, en Tunisie. En 1986, deux soldats américains avaient été tués et plusieurs autres blessés dans un attentat à la bombe contre une boîte de nuit de Berlin-Ouest. La Libye avait été mise en cause.

En mars dernier, à Düsseldorf, quatre activistes islamistes, trois Allemands et un Turc, ont été jugés coupables de complot en vue de commettre en 2007 des attentats contre des objectifs américains en Allemagne. Ils ont été condamnés à des peines allant de cinq à douze ans de prison.