L’Ethiopie s’enfonce encore un peu plus dans la guerre civile. Le premier ministre, Abiy Ahmed, a exhorté dimanche tous les citoyens à utiliser «n’importe quelle arme […] pour bloquer le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) destructeur, le renverser et l’enterrer», a-t-il écrit dans un communiqué, après que les rebelles tigréens ont affirmé s’être emparés de deux grandes villes dans le nord-est du pays. C’est la seconde fois qu’Abiy Ahmed, lauréat du Prix Nobel de la paix en 2019, appelle à la mobilisation nationale depuis que les combats ont éclaté il y a un an.