Des étudiants ont manifesté contre le confinement de leur université dans l’est de la Chine, selon des vidéos sorties mardi sur les réseaux sociaux de Chine, où de nombreuses villes assouplissent progressivement leur stratégie zéro covid après les grandes manifestations de fin novembre. Ces vidéos géolocalisées par l’AFP montrent une foule d’étudiants de l’Université de technologie de Nankin manifestant afin de pouvoir quitter le campus. «Votre pouvoir, vous le tirez des étudiants, pas de vous-mêmes», crie un participant à un responsable. «Soyez au service des étudiants!».

Un étudiant de troisième année, souhaitant rester anonyme, a déclaré à l’AFP que la manifestation s’est déroulée après l’annonce par l’école que le campus serait bouclé pendant cinq jours après la découverte d’un cas positif. De nombreuses universités chinoises sont confinées en vertu de la politique sanitaire. Leurs étudiants doivent déposer une demande pour en sortir et les visiteurs sont interdits.

Dans la vidéo, on voit des étudiants se disputer avec des représentants de l’université. «Si vous nous touchez, ça va devenir un nouveau Foxconn ici!», crie un jeune en référence aux violentes manifestations d’ouvriers le mois dernier dans l’usine chinoise du géant taïwanais, qui fabrique des iPhone pour Apple.

Lire aussi: Covid-19: les villes chinoises lâchent du lest sur les règles sanitaires

Réouverture lente et progressive

Si l’heure semble être à une lente et très progressive réouverture, le quotidien de centaines de millions de personnes continue d’être marqué par les contraintes. Selon les calculs de la banque Nomura, 53 villes, représentant environ un tiers du 1,4 milliard d’habitants de la Chine, appliquaient toujours lundi des formes de restrictions aux déplacements. Suite aux grandes manifestations de fin novembre dans une dizaine de villes contre la politique zéro covid, les autorités ont renforcé la présence policière et la surveillance des réseaux sociaux.

Lors des rassemblements de fin novembre, les manifestants, majoritairement jeunes, demandaient la levée des restrictions qui affectent leur vie et leurs projets depuis 2020. Plusieurs centaines voire milliers d’étudiants ont depuis manifesté sur leurs campus, de la prestigieuse université pékinoise de Tsinghua jusqu’à des établissements à Xi’an (centre), Canton (sud) ou Wuhan (centre).

En parallèle du volet répressif, les autorités procèdent depuis à un assouplissement de certaines restrictions. La ville de Pékin a annoncé mardi que les immeubles de bureau et les commerces, dont les supermarchés, n’exigeront plus la présentation d’un test PCR négatif. Plusieurs autres grandes villes comme Shanghai ou Hangzhou ont aussi réduit leurs exigences en matière de tests.

Lire aussi: La Chine ouvre la porte à la vaccination des personnes âgées