Publicité

«Peu coopératif et incohérent»: l'expertise psychiatrique de l'agresseur d'Annecy a commencé

Pourquoi un Syrien venu de Suède a porté des coups de couteau à des enfants à Annecy? Dans l’attente des résultats de l’évaluation de l'individu, le flou persiste: séquelles de la guerre et de l’exil, folie, dérive personnelle, maladie? La piste terroriste demeure écartée

Capture d'écran d'une vidéo obtenue par l'AFP montrant l'agresseur d'Annecy juste après les attaques, le 8 juin 2023. — © - / AFP
Capture d'écran d'une vidéo obtenue par l'AFP montrant l'agresseur d'Annecy juste après les attaques, le 8 juin 2023. — © - / AFP

La garde à vue de l'homme qui a poignardé six personnes dans un parc d'Annecy s'achève ce samedi.

La procureure d'Annecy, Line Bonnet-Mathis, doit tenir en milieu de journée une conférence de presse consacrée aux suites judiciaires pour Abdalmasih H. dont l'état avait été jugé «compatible avec la garde à vue». (AFP)

L’agresseur au couteau contre quatre enfants en bas âge et deux adultes jeudi à Annecy devait subir ce vendredi une expertise psychiatrique. «Il est peu coopératif et est incohérent, a refusé par exemple plusieurs fois de sortir de sa cellule et s’est roulé au sol en disant: «Tuez-moi.» Il n’a pas voulu donner le code de son téléphone portable», ont indiqué les services de la préfecture de Haute-Savoie. Son état anxieux et dépressif n’a toutefois pas été jugé incompatible avec une prolongation de sa garde à vue.

Pour rappel, une enquête a été ouverte à son encontre pour tentative d’assassinat. La question est de savoir s’il sera ou non déclaré responsable de ses actes. Dans l’attente des premières conclusions des experts, le flou persiste autour des motivations de cet homme né en Syrie en 1991. Coup de folie, drame de l’exil ou familial, séquelles de la guerre en Syrie, dérive personnelle voire décompensation psychotique? Rien n’a encore filtré. On sait pour le moment qu’Abdelmessih H. avait obtenu l’asile politique en Suède en 2013. Il a vécu dans ce pays pendant dix ans. «Il n’a pas pu obtenir la nationalité suédoise, il a donc quitté le pays. Nous nous sommes séparés car je voulais rester en Suède», a indiqué son ex-épouse aux agences de presse. Tous deux sont parents d’un enfant âgé de 3 ans.

Cet article vous intéresse?

Ne manquez aucun de nos contenus publiés quotidiennement - abonnez-vous dès maintenant à partir de 9.- CHF le premier mois pour accéder à tous nos articles, dossiers, et analyses.

CONSULTER LES OFFRES

Les bonnes raisons de s’abonner au Temps:

  • Consultez tous les contenus en illimité sur le site et l’application mobile
  • Accédez à l’édition papier en version numérique avant 7 heures du matin
  • Bénéficiez de privilèges exclusifs réservés aux abonnés
  • Accédez aux archives