Publicité

A Kiev, accoucher sous les bombes

A la maternité no 5 du centre de la capitale, les accouchements ont lieu dans la cave quand retentissent les sirènes d’alarme. Le nombre de naissances a diminué de moitié, ce qui indiquerait que beaucoup de familles ont quitté Kiev

Une mère tient son nouveau-né dans l'abri d'un hôpital de Kiev transformé en maternité. — © Jan Husar / IMAGO/ZUMA Wire
Une mère tient son nouveau-né dans l'abri d'un hôpital de Kiev transformé en maternité. — © Jan Husar / IMAGO/ZUMA Wire

Une femme se hâte devant un bâtiment gris bleuté. Elle est sur le point d’accoucher. Des déflagrations lointaines dictent une descente aux abris. Dans la maternité aussi, c’est le branle-bas pour mettre les patientes en sécurité. Un abri dédié a été aménagé dans les sous-sols avec salle d’accouchement, service de réanimation et bloc opératoire. Les alertes étant de plus en plus fréquentes, de nombreuses naissances ont lieu à la cave.

Olena, la directrice adjointe de la maternité no 5 du centre de Kiev, vit à demeure à l’hôpital comme la plupart du personnel. Toute sa famille l’a rejointe, ses deux fistons et son mari, médecin lui aussi mais dans un autre hôpital. Même si un tiers du personnel a quitté la ville pour gagner l’étranger ou des régions plus calmes, la maternité continue à fonctionner correctement avec le reste des équipes. Les 4e et 5e étages de l’immeuble ont été condamnés: ils étaient trop exposés aux tirs de missiles. En revanche, Olena a récupéré les caves. «A chaque coup de sirène, on déplace l’ensemble des patients, comme maintenant, ils sont tous aux sous-sols», explique-t-elle.

Cet article vous intéresse?

Ne manquez aucun de nos contenus publiés quotidiennement - abonnez-vous dès maintenant à partir de 9.- CHF le premier mois pour accéder à tous nos articles, dossiers, et analyses.

CONSULTER LES OFFRES

Les bonnes raisons de s’abonner au Temps:

  • Consultez tous les contenus en illimité sur le site et l’application mobile
  • Accédez à l’édition papier en version numérique avant 7 heures du matin
  • Bénéficiez de privilèges exclusifs réservés aux abonnés
  • Accédez aux archives