L’ex-juge franco-norvégienne Eva Joly a remporté la primaire du parti écologiste français pour la présidentielle de 2012, recueillant 58,16% des voix face à l’ancien animateur de télévision Nicolas Hulot, qui s’est incliné mardi sur le «vote clair» des militants.

Nicolas Hulot a obtenu 41,34%. Il y a eu 0,49% de votes blancs. Dans le détail, 13.223 voix se sont portées sur l’ex-magistrate et 9.396 pour l’ex-animateur, selon les résultats définitifs du second tour de la primaire des adhérents annoncés par le parti Europe Ecologie-Les Verts (EELV).

Eva Joly, qui se pose en figure de proue d’une écologie engagée frontalement contre le président Nicolas Sarkozy, n’avait manqué la désignation que de 64 voix (49,75% contre 40,22% à Nicolas Hulot) lors du premier tour de la primaire.

Dès mardi midi, Nicolas Hulot s’était «incliné avec respect» sur le «vote clair» et le «choix sans ambiguïté» des sympathisants écologistes en faveur de l’ex-juge. Il n’y a pas «d’autre commentaire que de souhaiter à Eva Joly et à de rencontrer l’adhésion du plus grand nombre dans la campagne présidentielle à venir», assure-t-il dans cette déclaration écrite à l’AFP.

L’ancienne juge de 67 ans s’est rendue célèbre dans les années 90 pour avoir incarné une justice qui s’attaque au pouvoir et au monde des affaires en France. Relativement novice en politique, Eva Joly était soutenue dans la primaire par le chef de file des Verts européens, Daniel Cohn-Bendit.

Donné dans un temps favori dans les sondages, Nicolas Hulot, 56 ans, n’a finalement pas su faire l’unanimité au sein des écologistes, qui lui reprochent ses liens avec de grandes entreprises comme EDF et l’Oréal, sponsors de sa Fondation, et d’avoir attendu la catastrophe de Fukushima pour se prononcer contre le nucléaire.