«Les activités critiques de prévention comme la distribution d’eau potable, de sachets de réhydratation orale, le nettoyage des déchets et un enterrement sûr des victimes, tout cela reste bien en deçà des besoins», avertit l’organisation dans un point de situation. «Le nombre de cas augmente partout à travers le pays avec des pointes dans la capitale et dans les villes de Cap Haïtien, Port de Paix et Gros Morne», a précisé l’ONG.

MSF indique que le nombre de patients avec des symptômes de choléra se présentant dans les structures médicales soutenues par l’ONG a passé de 350 à 2250 en une semaine dans la capitale Port-au-Prince. Les centres de traitement installés à Sarthe (70 lits), Tabarre (200 lits) et Carrefour (112 lits) sont pleins. De nouveaux centres vont être ouverts mercredi à Sarthe (200 lits) et Delmas (20 lits). Les capacités d’admission vont être augmentées à l’hôpital Choscal jusqu’à 250 malades par jour ainsi qu’au Bicentenaire, de 75 à 370 lits.

Depuis l’apparition du choléra le 22 octobre, MSF a déjà traité 16 500 cas suspects de choléra dans 21 centres à travers le pays. L’ONG a renforcé son personnel et emploie désormais 150 expatriés et mille employés locaux pour lutter contre l’épidémie. Le dernier bilan publié mardi par les autorités haïtiennes faisait état de 1034 morts avec 16 799 hospitalisations au total.

Un premier cas de choléra lié à l’épidémie qui sévit depuis la mi-octobre en Haïti a été découvert en Floride chez une femme qui a récemment rendu visite à de la famille dans le pays, rapportent mercredi les médias locaux. «Elle se porte tout à fait bien», a déclaré le Dr Thomas Torok, spécialiste du choléra au département de la santé de l’Etat de Floride, interrogé par le journal Miami Herald.