Royaume-Uni

Comment les extrémistes du Brexit ont pris le contrôle du Parti conservateur

Un petit groupe de partisans du Brexit ont radicalisé les tories, au risque de pousser le Royaume-Uni au «no deal»

Les larmes aux yeux, la voix cassée, Nick Boles a démissionné du Parti conservateur en pleine Chambre des Communes lundi soir. Le député, qui travaille depuis des mois à un compromis sur le Brexit, était complètement abattu. «J’ai échoué, principalement parce que mon parti refuse de faire des compromis. J’ai donc le regret d’annoncer que je ne peux plus être assis sur les bancs de ce parti.» Nick Boles est le quatrième député conservateur en deux mois à quitter les tories.

Son départ est tout un symbole. Ouvertement homosexuel, centriste, il a été promu par l’ancien premier ministre David Cameron, qui voulait «détoxifier» le Parti conservateur, essayant d’occuper le centre de l’échiquier politique.