états-Unis

Face aux scandales sexuels, Donald Trump semble intouchable

Accusé d’avoir eu des relations extraconjugales et des gestes déplacés envers des femmes, Donald Trump paraît néanmoins relativement épargné par la polémique. Décryptage d’un paradoxe

Au lendemain de la diffusion de l'interview de la star du X Stormy Daniels, la réaction de la Maison-Blanche a été sans équivoque. «Je dirais que le président a démenti fortement, clairement et constamment» ces accusations, a assuré lundi Raj Shah, le porte-parole adjoint de l'exécutif américain, devant les journalistes. Il a ajouté que «le président ne pense pas» que Stormy Daniels ait été menacée en 2011.

Déjà engluée dans une sorte de chaos permanent, la Maison-Blanche doit faire face à de nouvelles accusations: celles de prétendues ex-maîtresses du président américain. La plus visible étant l’ancienne actrice de films X Stormy Daniels, qui a déclaré dimanche soir avoir été menacée par l’entourage du président après avoir couché avec lui en 2006 – ce que Donald Trump dément.

Lire aussi: Première interview de Stormy Daniels, qui parle des menaces physiques du clan Trump

A l’heure du mouvement féministe #MeToo et dans le sillage de l’affaire Weinstein, l’affaire pourrait être grave. Mais Donald Trump, habitué à être accusé d’infidélités et de gestes déplacés envers des femmes, paraît intouchable. Le tourbillon médiatique et juridique ne semble pas l’atteindre. Ou si peu. Même des propos comme «je suis une star, je peux faire tout ce que je veux avec les femmes, y compris les attraper par les parties génitales», dévoilés en pleine campagne présidentielle, ne l'ont pas fait tomber. Pourquoi?

L’historien Corentin Sellin, passionné de politique américaine, a une explication. «La relative impunité dont il semble bénéficier face à la vague du mouvement #MeToo s’explique déjà par la chronologie. Ses pires comportements ont été exposés sur la place publique quand il était candidat, bien avant l’affaire Weinstein. Ceux qui l’ont élu se sont donc prononcés en connaissance de cause.»

Il ajoute que la plupart des accusations qui visent le président sont des faits qui remontent aux années 1980-1990 et sont donc prescrits. «Donald Trump est aussi protégé par des accords financiers de confidentialité qui rendent très difficiles toute exhumation de délits éventuels ou révélation de liaisons consenties.» Son avocat Michael Cohen a même un véritable système de protection pour étouffer les affaires liées à sa vie tumultueuse. Pressions, chantages: tous les coups sont permis.

Notre chronologie en images: Harcèlement sexuel: l’«affaire Weinstein» et ses suites

«Il a menti, a tenté de m’intimider»

Ces jours, deux femmes font particulièrement parler d’elles: Stephanie Clifford, alias Stormy Daniels, star du X, et Karen McDougal, une ex-playmate. La (fausse) blonde Stormy Daniels affirme avoir eu une relation secrète avec Donald Trump en 2006 et 2007, alors qu’il était déjà marié à Melania. Elle aurait reçu 130 000 dollars pour ne pas en faire état. Elle a déposé plainte pour casser cette clause de confidentialité, et vient de publier les résultats de tests au détecteur de mensonges, en sa faveur.

Ceux qui ont élu Donald Trump se sont prononcés en connaissance de cause

Corentin Sellin, historien

«Techniquement, je n’ai pas couché avec le président des Etats-Unis il y a douze ans. Il n’y a pas eu de coucherie (hé! hé!) et il n’était qu’une star de téléréalité un peu loufoque. […] Mais c’est important pour les gens (de savoir) qu’il a menti, a tenté de m’intimider, a enfreint des lois pour étouffer l’affaire, etc.», a tweeté l’actrice porno mardi dernier.

Scénario similaire du côté de la brune Karen McDougal. Mardi, elle a porté plainte, à Los Angeles, contre le groupe de presse American Media (AMI), pour demander d’invalider une clause d’exclusivité. Elle pensait que son histoire serait publiée. Elle s’est trompée. Le National Enquirer (qui avait déjà couvert les agissements de Harvey Weinstein) aurait en fait acheté son témoignage dans l’intention de ne jamais le publier, pour protéger Donald Trump. Elle affirme avoir reçu 150 000 dollars. La moitié aurait été reversée à son avocat, qu’elle accuse d’être lié au clan Trump.

Karen McDougal a livré un témoignage exclusif à un des journalistes stars de CNN, Anderson Cooper, confessions qui ont été diffusées jeudi soir. Anderson Cooper a aussi rencontré Stormy Daniels, dont l’interview a été diffusée dimanche soir sur CBS.

Au même moment, une troisième femme, Summer Zervos, refait surface. Cette ex-candidate de The Apprentice, l’émission de téléréalité à l’époque présentée par Donald Trump, l’accuse de l’avoir caressée et embrassée de force en 2007. Un cas différent des précédents puisqu’il s’agit cette fois de contrainte.

Les évangélistes ferment les yeux

Dans ces affaires, la guerre des avocats tourne autour de l’argent. Donald Trump pourrait être accusé d’infractions aux lois électorales s’il est prouvé que ces versements d’argent avaient pour but d’influencer le scrutin de 2016.

Le plus souvent, les grands scandales politico-sexuels aux Etats-Unis ne portent pas sur les faits d’adultère eux-mêmes mais sur les mensonges et efforts de dissimulation pour les cacher

Mais au-delà de ces agitations, des tentations financières ou de l’envie de s’exposer médiatiquement, c’est bien le rapport de Donald Trump aux femmes qui est une nouvelle fois mis en exergue. Dans cette Amérique puritaine, des politiciens ont dû démissionner pour des affaires d’infidélité et de gestes déplacés. Donald Trump, lui, reste debout. En tout, rappelle USA Today, ce sont 19 femmes, dont des actrices pornos et d’anciennes Miss, qui l’accusent de contraintes ou de vouloir les réduire au silence pour taire une liaison.

«Sur l’image de l’Amérique «puritaine», il faut relativiser, relève Corentin Sellin. Certes, les opinions internationales étaient choquées par le procès en impeachment fait au président Clinton au Sénat en 1999, après sa liaison avec Monica Lewinsky. C’est oublier que Bill Clinton n’était pas incriminé pour sa liaison elle-même, mais pour les mensonges dont il s’était rendu coupable durant l’enquête Starr, ainsi que l’éventuelle obstruction à la justice durant l’exercice de ses fonctions pour empêcher la révélation de sa liaison.» Les frasques sexuelles de Bill Clinton étaient déjà connues en 1992 et cela ne l’a pas empêché de devenir président.

Le plus souvent, les grands scandales politico-sexuels aux Etats-Unis ne portent pas sur les faits d’adultère eux-mêmes mais sur les mensonges et efforts de dissimulation pour les cacher, rappelle l’historien. «Mais dans le cas de Trump, il y a bien un hiatus entre les valeurs morales de sa base évangélique blanche, son socle le plus solide – 81% des évangéliques ont voté pour lui à 2016 – et son comportement sexuel.»

L’historien renvoie toutefois aux résultats d’une intéressante enquête des think tanks PRRI et Brookings, publiée juste avant l’élection: 72% des évangélistes admettaient qu’un politicien qui a commis un acte privé immoral pouvait malgré tout remplir sa fonction publique. Ils n’étaient que 30% en 2011. «Cette évolution, confirmée par d’autres enquêtes durant la vague #MeToo, démontre que les Blancs évangéliques sont d’abord des conservateurs politiques qui se trouvent être par ailleurs des croyants, et non plus l’inverse, commente Corentin Sellin. Leur premier objectif est la réalisation de leur agenda politique. Et de ce point de vue, Trump ne manque jamais une occasion de les rassurer et de leur donner satisfaction.»

Jusqu’ici, la Maison-Blanche a balayé toutes les accusations. Mais certains tweets et déclarations ne trompent pas. «Je suis automatiquement attiré par les belles, je les embrasse tout de suite»: voilà ce que Donald Trump a dit lors de la fameuse vidéo qui a déclenché le Pussygate. Il avait été filmé à son insu en 2005, lors de la préparation d’une émission pour la NBC. L’enregistrement a été rendu public à quatre semaines de l’élection présidentielle. Trump a perdu des soutiens, Trump s’est excusé et Trump a été élu. La colère des femmes s’est manifestée à travers la Women’s March, le lendemain de son assermentation. Sans beaucoup d’effet.

Soutien aux hommes accusés de harcèlement

Récemment, alors que deux cadres de la Maison-Blanche ont été accusés de violences conjugales, Donald Trump a pris leur défense. Il a aussi apporté son soutien à Roger Ailes, ex-patron de Fox News, et à l’un de ses animateurs vedettes, Bill O’Reilly, deux républicains accusés de harcèlement sexuel. C’est dans ce cadre qu’il a eu cette fameuse phrase sur la journaliste Megan Kelly: «On pouvait voir du sang gicler de ses yeux, du sang gicler de son…, d’où que ce soit.»

A force de se répandre en propos sexistes, on pourrait penser que Donald Trump banalise les violences faites aux femmes et légitimise aussi la misogynie et la perception de la femme comme objet sexuel. Mais il est également reconnu pour avoir donné des postes à responsabilités à des femmes. Comme à sa propre fille, Ivanka. A propos de laquelle il a osé dire: «Si elle n’était pas ma fille, on sortirait probablement ensemble.»


Stormy Daniels, un témoignage à charge

La star américaine de cinéma pornographique Stormy Daniels a affirmé dimanche avoir été menacée par le clan Trump afin qu'elle cache une relation sexuelle avec le président datant de juillet 2006.

Dimanche, lors d’un entretien très attendu à la célèbre émission 60 Minutes sur CBS, Stephanie Clifford, son vrai nom, a raconté avoir été abordée par un inconnu sur un parking de Las Vegas alors qu’elle se trouvait en compagnie de sa fille âgée de quelques mois.

«Laissez Trump tranquille. Oubliez cette histoire», lui aurait lancé l’inconnu. «C’est une très jolie petite fille», aurait-il alors dit en regardant la fille de Stormy Daniels. «Ce serait dommage que quelque chose arrive à sa mère», aurait-il ajouté, avant de s’en aller.

L’homme faisait référence à une interview que Stephanie Clifford venait de donner au magazine In Touch, moyennant 15 000 dollars, révélant l’existence d’une relation sexuelle entre elle et Donald Trump. L’entretien ne sera finalement jamais publié.

L’actrice et réalisatrice de films pornographiques s’exprimait pour la première fois publiquement sur le sujet depuis les informations publiées par le Wall Street Journal en janvier.

Lors de l’émission de CBS, l’avocat de Stormy Daniels, Michael Avenatti, a de nouveau laissé entendre que l’actrice avait en sa possession des preuves de sa relation avec Donald Trump. Stormy Daniels a sous-entendu que ces éléments seraient dévoilés plus tard, sans plus de précision.

Début mars, l’actrice a saisi la justice pour qu’elle la libère officiellement de son engagement de confidentialité. Une procédure judiciaire est en cours devant un tribunal fédéral de Californie.

Chambre à part

En 2006 et 2007, années durant lesquelles ils ont été en contact, selon elle, le promoteur new-yorkais était déjà marié à Melania Trump. Stormy Daniels a expliqué avoir parlé à Donald Trump de sa situation familiale. «Ne t’inquiète pas pour ça, aurait-il répondu. Nous faisons chambre à part.»

Le président a déjà démenti l’existence d’une relation intime avec l’actrice et réalisatrice de 39 ans, qui a proposé de rembourser les 130 000 dollars touchés en 2016 en échange de son silence.

En revanche, l’un des avocats du milliardaire, Michael Cohen, a admis avoir versé cette somme en précisant avoir puisé dans ses fonds personnels, tout en contestant l’existence de cette relation.

Publicité