Des scènes de pillage dans les magasins, des images de violence contre les policiers et des vidéos de personnes blanches agressées se succèdent sur Fox News. «Ce ne sont pas des manifestants pacifiques», martèlent tour à tour les présentateurs. La chaîne américaine, grande favorite du président Donald Trump, occupe une place centrale dans le cœur de son électorat. En effet, selon un sondage publié en janvier par le think tank non partisan Pew Research Center, Fox News est la principale, voire unique, source d’information des républicains. «La majorité des électeurs de Trump ne vivent pas dans les grandes villes où ont lieu ces manifestations, ils n’ont donc que ces images pour se forger une opinion», ajoute David Sylvan, professeur de sciences politiques et spécialiste des Etats-Unis à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève.

«Une partition sans orchestre»

Cette chaîne ne propose pas de recul historique sur les événements similaires qui ont eu lieu ces dernières décennies, évite le débat sur le racisme ou la répression policière, focalise l’attention des téléspectateurs sur ce qui peut les enflammer. «C’est un moment inespéré pour Trump de regagner du terrain après sa non-réaction pendant la pandémie, poursuit David Sylvan. Seulement, l’époque a changé. Fox News joue la même partition, mais l’orchestre n’est plus là.» En effet, Joe Biden devance Trump de 10 points dans le récent sondage publié par The Washington Post et ABC. Alors que les manifestations organisées aux Etats-Unis après la mort de George Floyd font ressurgir des tensions déjà ancrées dans la société américaine, la chaîne de télévision couvre ces événements de manière superficielle avec un envoyé spécial sur le terrain, des montages d’images chocs ou des questions complaisantes et partiales à des experts.