Irak

Face à la crise humanitaire à Falloujah, l’ONU appelle à l’aide

Les camps de déplacés dans la région de Falloujah atteignent leur point de saturation, suite à l’exode massif de milliers de civils irakiens. Ces derniers fuient les combats pour déloger l’Etat islamique à Falloujah. Le manque d’eau potable et les conditions d’hygiène déplorables préoccupent les ONG sur place

Davantage de camps sont nécessaires pour accueillir plus de 85 000 déplacés de la région de Falloujah, en Irak, où les combats se poursuivent entre le groupe Etat islamique et l’armée irakienne. Plusieurs agences de l’ONU appellent à l’aide pour les besoins urgents.

Le Bureau de l’ONU pour les affaires humanitaires (OCHA) a besoin de plus de 60 millions de dollars, le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), 17,5 millions. La situation devient «critique», a indiqué mardi à Genève devant la presse un porte-parole d’OCHA.

Parmi les déplacés, environ 60 000 ont fui entre le 15 et le 18 juin. Les fonds doivent permettre d’aider des personnes qui ont manqué de nourriture et de médicaments pendant des mois, a précisé le HCR.

Un soutien moral doit aussi être apporté. Avec ses partenaires, le HCR a fourni un abri et de l’aide aux déplacés dans trois sites, à 20 à 30 km de Falloujah. Mais la surfréquentation des camps augmente. Jusqu’à trois familles doivent partager parfois une tente. D’autres dorment à côté, sans infrastructures d’hygiène. L’eau potable est insuffisante.

Violences contre les civils

Six camps ont déjà été établis. Trois autres sont en cours de construction et deux sont étendus. Mais il en faudra au moins une vingtaine dans les prochaines semaines pour accueillir quelque 30 000 personnes.

Le HCR aide aussi les plus de 20 000 déplacés dans la région de Mossoul, au nord du pays. Une reprise de cette ville par les forces irakiennes pourrait provoquer la fuite de 600 000 personnes.

OCHA a obtenu un peu plus d’un tiers des 860 millions demandés en 2016 pour l’Irak. Le HCR n’a reçu que 21% de son appel de plus de 580 millions de dollars pour la région.

De son côté, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme s’est dit extrêmement préoccupé par les violences contre des civils qui fuient Falloujah. Selon un Comité d’enquête irakien, une cinquantaine d’hommes ont été tués par des groupes proches des forces de sécurité, et environ 600 sont portés disparus.

Lire aussi: Bagdad lance une opération pour reprendre Falloujah à l’EI et Falloujah, la bataille de tous les dangers

Publicité