Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La politique du premier ministre canadien Justin Trudeau (ici à Malte le 27 novembre 2015) se veut «éthique», quitte à prendre des risques diplomatiques. 
© DARRIN ZAMMIT LUPI/Reuters

Diplomatie

Face à l'Arabie, le Canada défend une politique «éthique» qui divise

En mettant les droits de l’homme au cœur de sa diplomatie, le Canada s’est attiré les foudres de l’Arabie saoudite et risque de perdre des contrats juteux, conséquence d’une politique étrangère «éthique» qui ne fait pas l’unanimité

Quelques heures après l’annonce de l’expulsion de l’ambassadeur canadien à Riyad, Ottawa a réaffirmé haut et fort ce qui fonde sa politique étrangère depuis l’arrivée de Justin Trudeau au pouvoir en 2015: crise diplomatique ou pas, pas de compromis sur les «valeurs» humanistes et progressistes du Canada.

«Que les choses soient bien claires pour tout le monde […]: le Canada défendra toujours les droits humains au Canada et dans le reste du monde», a déclaré lundi la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, dans sa première réaction à l’annonce surprise du royaume saoudien.

Le Canada est particulièrement impliqué, depuis plusieurs années, dans le soutien à la famille du blogueur dissident Raef Badaoui, emprisonné depuis 2012. Son épouse et ses enfants vivent au Québec depuis l’automne 2013. Et c’est un tweet canadien concernant l’arrestation de la sœur de Raef Badaoui qui a mis le feu aux poudres.

Mais la fermeté affichée par Ottawa pourrait avoir un coût pour l’économie canadienne: l’Arabie saoudite est son deuxième marché d’exportation dans la région du Golfe (1,4 milliard de dollars canadiens [1,07 milliard de francs] en 2017), juste derrière les Emirats arabes unis.

Pas le premier accroc diplomatique pour Justin Trudeau

Les autorités saoudiennes ont notamment jugé «inacceptable» que les Canadiens réclament la «libération immédiate» des militants. Riyad a annoncé le gel des relations commerciales entre les deux pays; la suspension des bourses universitaires pour ses ressortissants au Canada – plus de 15 000 Saoudiens étudient dans ce pays – et la relocalisation de milliers d’étudiants. Soit un manque à gagner substantiel, bien que difficilement chiffrable, pour l’économie canadienne.

Premier contrat potentiellement menacé: la vente à Riyad de véhicules blindés légers, conclu en 2014 pour un montant de 15 milliards de dollars canadiens (11,4 milliards de francs).

Lire aussi:  Les tensions entre l’Arabie saoudite et le Canada atteignent un sommet

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement de Justin Trudeau prend le risque de perdre un contrat au nom des «valeurs» de son pays.

En début d’année, un contrat pour l’achat par les Philippines de 14 hélicoptères canadiens destinés à ses forces armées a été gelé suite aux critiques d’Ottawa contre la politique musclée de l’homme fort de l’archipel, le président Rodrigo Duterte, et à des violations répétées des droits humains dans ce pays.

Le Canada comme modèle à suivre

En Arabie saoudite, aux Philippines ou ailleurs, pour un dirigeant comme Justin Trudeau, «il y a un moment où politiquement il faut faire un choix», explique à l’AFP Ferry de Kerckhove, ancien diplomate et politologue de l’Université d’Ottawa.

«Il est évident qu’aux yeux du monde, il y a une perception du Canada comme étant un des derniers bastions de la défense de l’ordre libéral international, aussi bien économique, politique et social», au côté de pays comme l’Allemagne, la France ou la Suède, analyse-t-il. «Ce n’est pas étonnant qu’on se tourne vers le Canada sur ce plan-là, c’est ce qu’Amnesty International vient de faire.» L’ONG a appelé d’autres gouvernements à se joindre au Canada pour obtenir «la libération inconditionnelle et immédiate de tous les prisonniers de conscience» en Arabie saoudite.

Les avantages d’une politique étrangère éthique

Et même si elle doit lui coûter quelques contrats commerciaux, la politique étrangère «éthique» du gouvernement Trudeau présente plus d’avantages que d’inconvénients à long terme, y compris sur le plan économique, estime pour sa part Bessma Momani, professeure à l’Université de Waterloo (Canada).

«Même pour des hommes d’affaires arabes, lorsqu’ils signent un contrat avec le Canada, ils savent par leur propre expérience, par un cousin ou un oncle, que le Canada est une société multiculturelle, qui respecte les droits de l’homme. Et je crois qu’en face des contrats manqués avec quelques gouvernements autoritaires, nous décrochons toute une série de contrats ailleurs précisément parce que nous respectons les droits humains.»

«Les droits humains sont un prétexte»

Certains doutent toutefois que l’appel d’Ottawa au respect des droits de l’homme en Arabie saoudite soit le véritable détonateur de la crise actuelle. Ça n’a rien à voir avec les droits humains», estime Amir Attaran, professeur à l’Université d’Ottawa, joint par l’AFP. «C’est un piètre prétexte. Il y a des enjeux géopolitiques, notamment la rivalité stratégique et théocratique entre l’Arabie saoudite et l’Iran», son grand rival régional. Plus prosaïquement, Riyad ferait ainsi payer à Justin Trudeau sa réticence à soutenir les sanctions américaines face à l’Iran, selon lui.

Même son de cloche de la part de David Chatterson, ancien ambassadeur canadien en Arabie saoudite, pour qui la diplomatie canadienne a échoué. «Je crois que nous avons perdu de vue l’objectif de la défense des intérêts du Canada, explique-t-il. Etait-ce de soulager le sort de Raef Badaoui? Si oui, nous avons échoué. Influencer l’orientation générale de l’Arabie saoudite? Je ne crois pas que nous y soyons parvenus. Promouvoir les intérêts canadiens? Non plus. C’est un échec total.»

Une autre expérience étrangère de Justin Trudeau: Le voyage de Justin Trudeau en Inde tourne au cauchemar diplomatique


Les Etats-Unis embarrassés par cette crise

La crise diplomatique d’une virulence inédite entre l’Arabie saoudite et le Canada embarrasse les Etats-Unis, partenaires et alliés des deux pays. «Les deux parties doivent résoudre ceci par la voie diplomatique», a déclaré la porte-parole du Département d’Etat américain, Heather Nauert. «Nous ne pouvons pas le faire à leur place.»

Les Etats-Unis ont «soulevé la question auprès du gouvernement saoudien» et «encouragent le respect des libertés internationalement reconnues et les libertés individuelles», a-t-elle ajouté.

Plus tôt, une autre porte-parole de la diplomatie américaine avait indiqué que les Etats-Unis avaient «demandé au gouvernement saoudien des informations supplémentaires sur la détention de plusieurs activistes». «Nous continuons à encourager le gouvernement saoudien à respecter les droits légaux et à publier des informations sur [ces] affaires judiciaires», avait-elle ajouté.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a