Face à la récente vague d’attentats, la gauche française se déchire sur la lutte contre le terrorisme islamiste. Un camp dénonce une politique de l’amalgame et de la stigmatisation envers la population musulmane tandis qu’un autre nomme le mal sans ambiguïté avec la promesse de défendre la laïcité à la française. Dans cette bataille, une expression polémique s’impose, celle de «l’islamo-gauchisme», mobilisée pour disqualifier ceux qui entretiendraient une collusion avec des mouvances islamistes.

Lire aussi: Entre le séparatisme et l’islamisme, la France cherche sa loi