États-Unis

Face à l’ouragan «Dorian», les évacuations commencent aux Etats-Unis

L’ouragan de catégorie 5 continue ce lundi de frapper les Bahamas. Son niveau est sans équivalent dans l’histoire de cet archipel des Caraïbes. Trois Etats américains se préparent

L'ouragan Dorian continuait de faire rage lundi sur les Bahamas, avec des milliers de maisons emportées par des pluies torrentielles et des vents frôlant les 300 km/h, un niveau sans équivalent dans l'histoire de cet archipel des Caraïbes.

Le cyclone poursuivait sa trajectoire incertaine vers les Etats-Unis où les autorités ont ordonné l'évacuation préventive de centaines de milliers de personnes dans les régions côtières. Aux Bahamas, aucune indication officielle sur d'éventuelles victimes n'était disponible dans l'immédiat.

Lire aussi: L’ouragan Dorian menace les Bahamas mais pourrait épargner la Floride

Un pays de 700 îles

L'ouragan de catégorie 5, qualifié de «catastrophique» par le Centre national des ouragans américain (NHC), a touché terre dimanche à Elbow Cay, sur les îles Abacos dans le nord-ouest des Bahamas, pays composé de quelque 700 îles.

Selon le NHC, basé à Miami, Dorian a égalé le record datant de 1935 de l'ouragan le plus puissant de l'Atlantique lorsqu'il a touché terre. Des images circulant sur les réseaux sociaux montraient d'importantes destructions.

Du «jamais vu»

«Nous sommes face à un ouragan (...) comme nous n'en avons jamais vu dans l'histoire des Bahamas», a déclaré Hubert Minnis, Premier ministre de cet archipel de quelque 700 îlots situé entre la Floride, Cuba et Haïti. «C'est probablement le jour le plus triste de ma vie», a-t-il ajouté, en larmes.

Des vidéos publiées sur le site du journal Tribune 242 des Bahamas montraient des vagues gigantesques atteignant les toits de maisons en bois, des bateaux chavirés flottant dans une eau boueuse au milieu de branches d'arbres, de planches et d'autres débris.

«Les gens sont encore traumatisés par Matthew (en 2016) mais c'est encore pire», a expliqué  Yasmin Rigby, qui vit à Freeport, sur l'île de Grand Bahama.

De première évaluations

Selon de premières évaluations rapides lundi des autorités et des responsables de la Croix-Rouge sur le terrain, quelque 13 000 maisons pourraient avoir été endommagées ou détruites et l'ouragan a causé des «dégâts considérables» dans les îles Abacos et de Grand Bahama.

«Nous n'avons pas encore une image complète de ce qui s'est passé. Mais il est clair que l'ouragan Dorian a eu un impact catastrophique», a déclaré dans un communiqué Sune Bulow, chef du centre des opérations d'urgence de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). La FICR a débloqué environ 230.000 euros de son fonds d'urgence pour les premiers secours.

Selon le directeur du NHC Ken Graham, les Bahamas seront soumises aux vents furieux et aux pluies torrentielles suscitées par l'ouragan encore durant les prochaines 30 heures.

La côte américaine ordonne l'évacuation

Sur la côte des Etats-Unis, après des jours d'incertitude autour du trajet de l'ouragan, plusieurs Etats du sud-est (Floride, Géorgie, Caroline du Sud) ont finalement ordonné l'évacuation de centaines de milliers de résidents. Selon le NHC, l'ouragan se trouvera «dangereusement proche» de la côte de la Floride dans la nuit de lundi à mardi.

L’œil du cyclone se trouvait lundi à 7h (heure suisse) à 60 km à l'est de Freeport et évoluait à vitesse très faible en direction de l'ouest, a indiqué le NHC qui a exhorté les habitants à rester à l'abri. «Ne sortez pas de vos abris pendant le passage de l’œil, car les vents augmenteront rapidement de l'autre côté», a mis en garde l'institut.

A Washington, le président américain Donald Trump a réuni les responsables des services d'urgence, évoquant un ouragan qui «semble monstrueux». «Nous nous attendons à ce qu'une bonne part de la côte est soit impactée et une partie le sera très, très sévèrement», a-t-il déclaré.

Publicité