«Si le monde change, notre politique aussi doit changer.» Lors d’une session extraordinaire du Bundestag consacrée à la situation en Ukraine, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, posait dimanche un constat limpide. C’est que le jeune gouvernement allemand, composé de sociaux-démocrates, d’écologistes et de libéraux, a dû revenir en quelques heures sur des principes qu’il pensait acquis.