«Rien de gagné, des occasions manquées, une réputation ébranlée.» Voilà abruptement résumé, de Vilnius, la capitale de la Lituanie, le bilan de la visite effectuée à Moscou par le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. L’auteur de ce tweet assassin, le ministre des Affaires étrangères lituanien, Gabrielius Landsbergis, n’est pas le seul à juger avec une extrême sévérité le haut représentant des affaires étrangères de l’Union européenne.