Rendez-vous le 30 mars au Sénat. Après plus de 135 heures de débat, et plusieurs tentatives de la droite pour muscler le texte présenté par le gouvernement, les députés français devaient adopter en première lecture, mardi soir, le projet de loi «confortant les principes républicains».

Vu que l’Assemblée nationale a le dernier mot en France, l’adoption définitive de ce texte initialement intitulé «Contre le séparatisme» est attendue en juin – après son amendement par les sénateurs – pour une entrée en vigueur cet été, 115 ans après la loi du 9 décembre 1905 instaurant la «séparation des Eglises et de l’Etat», pilier de la laïcité républicaine. «Il ne s’agit pas d’une nouvelle loi destinée à combattre les religions […] mais l’OPA islamiste», avait averti d’emblée le ministre de l’Intérieur et des Cultes Gérald Darmanin. Lequel a néanmoins publié le 3 février un essai surprise – Le Séparatisme islamiste. Manifeste pour la laïcité (Ed. de l’Observatoire) – pour bien réaffirmer les cibles visées par ces nouvelles mesures.