Le variant Omicron continue sa progression exponentielle dans le monde. Lundi, la Suisse a comptabilisé 36 261 infections supplémentaires en quatre jours, dont 55,7% liées à Omicron. Considérée comme «le prochain danger» par les experts de la Confédération, la propagation rapide de ce variant a conduit l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) à recommander une dose de rappel quatre mois après la deuxième injection de vaccin.

Si le nombre d’hospitalisations diminue légèrement, la charge pesant sur les hôpitaux reste forte et pourrait augmenter de manière significative, a prévenu l’OFSP. «Il reste à savoir si les mesures actuelles d’endiguement seront suffisantes», a lancé Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l’OFSP devant la presse. Le 17 décembre dernier, la Confédération a annoncé la généralisation, à compter du 20 décembre, de la règle des «2G». Désormais, seules les personnes vaccinées ou guéries ont accès aux restaurants et aux espaces de culture, de sport ou de loisirs. L’obligation du port du masque a été étendue, des restrictions de rassemblement ont également été annoncées dans le cadre privé. Ces différentes mesures sont valables jusqu’au 24 janvier.

Lire aussi: Pour les Fêtes, le Conseil fédéral recourt à la manière forte

En Europe, d’autres pays se sont également montrés plus offensifs afin de lutter contre l’émergence du variant Omicron. Entre fermeture des discothèques, retour des jauges et des couvre-feux: tour d’horizon des mesures dans les pays voisins.

■ France: retour des jauges et télétravail obligatoire

Samedi, la France a pour la première fois dépassé la barre des 100 000 nouveaux cas quotidiens. Le premier ministre Jean Castex a ainsi annoncé, lundi, le recours obligatoire au télétravail lorsqu’il est possible à partir du 3 janvier prochain. La Suisse avait déjà mis en place une mesure similaire en rendant le travail à distance obligatoire à compter du 20 décembre. Afin de freiner la propagation du variant Omicron, le premier ministre français a également annoncé le retour des jauges fixées à 2000 personnes maximum en intérieur et 5000 en extérieur. Les concerts debout ainsi que la consommation de boissons et d’aliments dans les cinémas théâtres, transports collectifs seront interdits. Idem pour la consommation debout dans les bars et les cafés.

Le port du masque sera quant à lui obligatoire dans certains centres-villes. Le délai avant la dose de rappel a également réduit à trois mois. Le ministre de la Santé Olivier Véran a, lui, évoqué que la quatrième dose de vaccin pourrait être une «possibilité». Toutes ces mesures s’appliqueront pour trois semaines à compter de début janvier. 

Si les principales festivités du 31 décembre ont été annulées, aucune restriction d’aller et venir n’a en revanche été annoncée par le gouvernement. Le report de la rentrée scolaire, réclamé par certains, a été exclu.

■ Allemagne: limitation des rassemblements privés

Face à la menace du variant Omicron, l’Allemagne a prévu le 21 décembre dernier la limitation des contacts, même entre personnes vaccinées, à un maximum de dix invités pour les fêtes du Nouvel An. Cette limitation, qui vaut également pour les personnes guéries, entre en vigueur à compter du 28 décembre au plus tard pour toutes les réunions privées. Pour les non-vaccinés, la limite tombe à deux invités maximum, a précisé le chancelier Olaf Scholz au cours d’une conférence de presse.

Les clubs et les discothèques vont également fermer leurs portes dans tout le pays. Ils le sont déjà dans certaines régions particulièrement touchées par la pandémie, comme la Bavière. Toutes les compétitions sportives se dérouleront désormais à huis clos. Olaf Scholz a jugé que si le variant Omicron n’avait pas encore complètement déferlé sur l’Allemagne, cela n’était qu'«une question de quelques semaines» avant qu’il en soit ainsi. «Le nombre des infections va massivement augmenter dans les semaines à venir, nous devons nous y préparer dès maintenant», a-t-il souligné, appelant à la «responsabilité individuelle» des Allemands concernant le respect des nouvelles restrictions.

■ Italie: port du masque FFP2 dans les endroits fermés

Le 23 décembre dernier, le gouvernement italien a rendu obligatoire le port du masque chirurgical à l’extérieur dans tout le pays. Selon un rapport publié le même jour par l’Institut supérieur de la santé (ISS), le variant Omicron représentait environ 28% des cas. Le ministre de la Santé Roberto Speranza a ainsi précisé que le masque assurant une protection supérieure, le FFP2, deviendrait obligatoire pour se rendre au cinéma, au théâtre, aux événements sportifs ou dans les transports publics (bus, cars, avions ou navires).

Le gouvernement a également décidé de réduire à partir du 1er février 2022 la durée du «green pass» de neuf à six mois et de réduire encore le délai pour recevoir la dose de rappel. Etabli dans un premier temps à six mois, il a déjà été ramené à cinq mois et devrait passer à quatre désormais.

■ Autriche: vers une quatrième dose pour le personnel soignant

Pour lutter contre la déferlante Omicron, l’Autriche a décidé, à la veille de Noël, de durcir les conditions d’entrée sur son territoire pour les voyageurs et voyageuses en provenance de Grande-Bretagne, du Danemark, des Pays-Bas et de la Norvège. Ils devront respecter une quarantaine de dix jours à leur arrivée. Les mesures restrictives, qui touchent principalement les personnes non vaccinées et non guéries, ont été élargies pour les fêtes de Noël et pour la Saint-Sylvestre: ces personnes pourront rencontrer à ces dates jusqu’à 10 personnes. À partir de 11 personnes, le passe sanitaire sera requis. Depuis ce lundi, l’horaire de fermeture des bars et restaurants a été avancé à 22 heures, y compris le 31 décembre.

Lire aussi: En Autriche, un confinement pour convaincre les réticents

Les autorités sanitaires préconisent également l’injection d’une quatrième dose du vaccin pour le personnel soignant. Pour rappel, le pays est devenu le premier en Europe à imposer la vaccination à tous ses adultes. Cette mesure sera effective à compter de février 2022.

■ Royaume-Uni: des mesures en ordre dispersé

Le premier ministre anglais, Boris Johnson, a annoncé qu’il n’introduirait pas de nouvelles restrictions avant 2022 donnant ainsi son feu vert aux événements de masse, laissant également les boîtes de nuit ouvertes pour le Nouvel an. Une décision détonnant avec les mesures prises par les autres pays du Royaume-Uni et critiquée par de nombreux scientifiques alors que l’Angleterre enregistre un nombre très élevé d’infections.

L’Ecosse a rétabli des jauges pour les événements en salle et à l’extérieur, respectivement limités à 100 debout ou 200 assis, et à 500 assis ou debout. Les discothèques seront fermées pendant trois semaines à partir du 27 décembre. Les pubs, bars et autres lieux où de l’alcool est servi seront de retour au service à table uniquement. Une distance sociale d’un mètre sera appliquée dans tous les lieux d’accueil et de loisirs intérieurs.

Lire aussi: Omicron: l’alarmante mise en garde des épidémiologistes britanniques

Au Pays de Galles, seuls les groupes de six personnes maximum sont désormais admis dans les cinémas, restaurants et pubs. Le service à table dans les restaurants est de rigueur tandis que le port du masque reste obligatoire. Une distanciation sociale de deux mètres a également été mise en place et les discothèques sont fermées depuis le 26 décembre. Les grands événements ne seront pas autorisés pour le Nouvel an, avec un maximum de 30 personnes pour les événements en salle et un maximum de 50 personnes pour les événements en extérieur.

En Irlande du Nord, les boîtes de nuit sont fermées et les évènements debout en salle interdits depuis le 26 décembre. Les pubs, restaurants et cafés se limitent au service à table uniquement et à un maximum de six personnes (ou 10 d’un même ménage) par table.

Le parlement britannique a par ailleurs adopté, avant les Fêtes, une loi obligeant le personnel soignant à se faire vacciner d’ici au 1er avril 2022. 

Lire aussi: Omicron: l’alarmante mise en garde des épidémiologistes britanniques

■ Danemark: test obligatoire pour entrer dans le pays

Dominant dans le pays, le variant Omicron a contraint les autorités danoises à soumettre l’entrée sur leur territoire à la présentation d’un test négatif même pour les personnes vaccinées. Depuis le 27 décembre, tous les étrangers et non-résidents souhaitant entrer dans le pays doivent présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures ou un test antigénique de moins de 48 heures. Cette mesure restera en vigueur au moins jusqu’au 17 janvier 2022. Des mesures similaires ont été prises par la Suède et la Finlande.

■ Portugal: vacances scolaires prolongées

Egalement dominant au Portugal, le variant Omicron représentait 61,5% des infections le 22 décembre dernier. Le pays a ainsi adopté une série de nouvelles mesures de contrôle de l’épidémie comprenant notamment le télétravail obligatoire, la présentation d’un test pour assister à un spectacle ou à un évènement sportif, ainsi que la fermeture des bars et discothèques.

Le gouvernement avait déjà rétabli début décembre d’autres restrictions afin d’élargir l’usage du masque, du certificat de vaccination et des tests de dépistage. Pour réduire les contacts après les rassemblements prévus pour les fêtes de fin d’année, l’exécutif avait annoncé dès le 25 novembre que les vacances scolaires seraient prolongées et que le télétravail serait obligatoire pendant la première semaine de janvier. Le Portugal exige, en outre, un test négatif pour les voyageurs arrivant sur son territoire, y compris ceux qui sont vaccinés.

■ Espagne: couvre-feu nocturne en Catalogne

La justice espagnole a validé à la veille de Noël l’instauration d’un couvre-feu nocturne dans une grande partie de la région de Catalogne tandis que l’ensemble du pays est de nouveau soumis à l’obligation du port du masque en extérieur. Le Tribunal supérieur de Justice de Catalogne (TSJC) a annoncé qu’il autorisait «les mesures sollicitées» par l’exécutif catalan, qui comprennent également la fermeture des discothèques et la limitation des réunions privées à un maximum de 10 personnes.

Un couvre-feu de 1h à 6h du matin a donc été instauré dans toutes les villes de plus de 10 000 habitants où l’incidence dépasse 250 cas pour 100 000 habitants sur sept jours, soit l’intégralité de celles-ci actuellement. Dans les restaurants, les jauges d’occupation sont limitées à 50% et à 70% pour les lieux sportifs et culturels, ainsi que les petits commerces de cette région de quelque 7,7 millions d’habitants. En vigueur depuis le 23 décembre, ces restrictions seront valables pendant quinze jours.