Le groupe Facebook a annoncé lundi avoir banni de manière définitive de Facebook et Instagram le polémiste français Dieudonné M'Bala M'Bala, pour «contenu se moquant des victimes de la Shoah» et «termes déshumanisants à l'encontre des Juifs».

«En conformité avec notre politique sur les individus et les organismes dangereux, nous avons banni de manière permanente Dieudonné M'Bala M'Bala de Facebook et d'Instagram. Bannir une personne de manière permanente de nos services est une décision que nous pesons toujours avec attention, mais les individus et organisations qui attaquent les autres sur la base de ce qu'ils sont n'ont pas leur place sur Facebook ou sur Instagram», a expliqué un porte-parole du géant du numérique.

En juillet 2019: Dieudonné condamné en France à 2 ans de prison ferme

Déjà écarté de YouTube

Il ne s'agit pas de la première interdiction pour Dieudonné, puisque le polémiste a vu sa chaîne YouTube supprimée à la fin juin par Google, la maison-mère du site de streaming, qui estimait que cette suppression faisait suite «à des enfreintes répétées à notre règlement de la communauté YouTube».

Dieudonné était suivi par près de 1,3 million de comptes sur les plateformes de Facebook et 400 000 abonnés sur sa chaîne YouTube.

La Licra salue

Dans un communiqué, la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) y voit «une grande victoire et l'aboutissement d'un travail de longue haleine, mené par nos équipe et nos avocats, qui a enfin fini par payer».

«Ses publications ont commis des dégâts considérables et irréparables parmi la jeunesse. Il était temps que le trouble cesse et nous sommes particulièrement fiers d'avoir activement participé à éteindre ce torrent de haine», a ajouté l'organisation.

Une procédure à Genève

Habitué des tribunaux, Dieudonné a été plusieurs fois condamné par la justice française pour ses propos haineux. En novembre, il avait ainsi écopé de 9000 euros d'amende pour complicité d'injure à caractère antisémite, après la publication d'une vidéo et d'une chanson intitulées C'est mon choaaa.

En février, le polémiste avait par ailleurs répondu à une convocation du ministère public genevois. La justice a ouvert une procédure à son encontre après le dépôt de plaintes pour propos négationnistes.