La famille royale espagnole fait œuvre de transparence

Espagne Les Bourbons publient le détail de leurs comptes après un scandale les touchant

Combien coûte la Maison royale à chaque citoyen espagnol et surtout comment dépense-t-elle l’enveloppe budgétaire de l’Etat? La Couronne d’Espagne vient partiellement de répondre à ces deux délicates questions, qui tiennent en haleine depuis quelques semaines l’opinion publique.

Mercredi, pour la première fois en trente-deux ans de démocratie, l’institution monarchique s’est livrée à un exercice de transparence sans précédent. Sur la page web de la Casa Real, on pouvait lire le détail des comptes du budget royal, révélant ainsi le salaire annuel du roi Juan Carlos et de son fils le prince Felipe. La publication publique des comptes royaux – la dernière date de 1979 – était réclamée depuis des décennies par une partie de la classe politique (la Gauche unie, les nationalistes et républicains basques et catalans). Il aura fallu le scandale de corruption présumée qui éclabousse le gendre du roi, Iñaki Urdangarin, pour que la famille royale lève le voile du secret sur ses finances.

Juan Carlos: 293 000 euros

On y apprend que sur les 8,4 millions d’euros annuels versés par l’Etat à la famille royale, Don Juan Carlos Ier touche par an 292 752 euros, dont 140 519 euros en guise de salaire. Son fils, l’héritier du trône, perçoit depuis dix ans la moitié du revenu de son père, soit 146 376 euros annuels. Quant à la reine Sofia, la princesse des Asturies, Letizia, et les deux infantes, elles perçoivent une enveloppe commune de 375 000 euros, qu’elles se répartissent entre elles. Enfin, il est précisé que chaque membre de la famille royale est soumis aux mêmes lois fiscales que le reste de la population, les impôts représentant 9,5% du budget total.

La discrétion est de mise sur le détail de leurs dépenses. A la différence de la Couronne d’Angleterre, qui communique jusqu’aux frais de coiffeur de la reine, on ne saura rien du budget vêtement, décoration ou autres frais esthétiques des Bourbons. Le peuple espagnol apprendra en revanche que le roi ne paye ni l’eau, ni l’électricité dans aucune de ses demeures, qui sont à la charge du Patrimoine national. Juan Carlos doit toutefois verser un salaire, dont la somme n’a pas été révélée, à ses 507 employés du palais de la Zarzuela, parmi lesquels figurent pas moins de 70 chauffeurs.

Coût véritable?

Malgré ces révélations, le véritable coût de la monarchie espagnole reste une énigme. Le budget de 8,4 millions annuel ne représente qu’une infime partie des dépenses de l’Etat pour maintenir la monarchie. Les ministères de l’Intérieur, de la Défense, des Affaires étrangères et le Patrimoine national ont à leur charge la sécurité, les déplacements et l’entretien des demeures. Le quotidien de gauche Publico considère que le coût total s’élèverait à 59,28 millions d’euros annuels.

Cet exercice de transparence survient à un moment où la monarchie espagnole traverse des eaux troubles. Connue pour être de mœurs irréprochables, la famille royale est éclaboussée pour la première fois par un scandale financier d’envergure. Iñaki Urdangarin, 43 ans, époux depuis 1997 de l’infante Cristina, est accusé d’avoir détourné quelque 16 millions d’euros de fonds publics alors qu’il présidait l’institut Noos, un organisme à but non lucratif, entre 2004 et 2009. Installé avec sa famille aux Etats-Unis sur recommandation du roi, cet ancien handballeur est appelé à comparaître fin février à Madrid. Avec cette affaire, la monarchie espagnole joue son prestige, d’autant que son image s’est dégradée ces dernières années. Un récent sondage du Centre d’enquêtes sociologiques (CIS) montre que les Espagnols ont perdu peu à peu le respect envers la Couronne. Ils lui donnent une note de 4,5/10, non loin de la classe politique et de la justice.