La mobilisation de plusieurs dizaines de milliers de manifestants dimanche en Biélorussie confirme l’opposition massive à Alexandre Loukachenko, cinq semaines après un scrutin présidentiel que le régime a grossièrement falsifié en sa faveur. Pendant que l’autocrate aggrave son impopularité en réprimant les foules tous azimuts, ses opposants s’efforcent de l’affaiblir. L’un de ses principaux rivaux, Valeri Tsepkalo, dévoile dans un entretien accordé au Temps sa stratégie pour mettre pacifiquement fin au régime. Exclu de la présidentielle du 9 août, populaire dans son pays pour avoir fondé la «Silicon Valley biélorusse», le charismatique diplomate et homme d’affaires de 55 ans a été contraint de se réfugier le 24 juillet en Pologne.

Lire aussi: La Biélorussie aspirée dans le conflit Est-Ouest