Commentaire

Pourquoi il faut montrer l’enfant de Bodrum

Il y a des photos qui témoignent de l’urgence de manière encore plus forte que de longs textes. Le jeune garçon retrouvé mort sur une plage turque mérite notre respect et notre considération, pas que l’on détourne les yeux

Commentaire Pourquoi il faut montrer l’enfant de Bodrum

La crise des migrants est le principal défi auquel est confrontée l’Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. C’est une crise susceptible de remettre en cause tout un système de valeurs qui a mis des siècles à se constituer. Elle occasionne des drames qui ébranlent toute une génération de dirigeants comme de simples citoyens dans leurs convictions. Il y a les grands mots, les beaux principes et les déclarations solennelles mais tout cela se fracasse aujourd’hui contre la réalité la plus crue.

Hier, des migrants qui tentaient de rejoindre Cos en Grèce ont vu leur embarcation chavirer. Sur la plage de Bodrum, les secouristes n’ont rien pu faire pour un garçon de 3 ou 4 ans retrouvé mort sur la plage. On ne compte plus les cadavres en Méditerranée depuis des mois. Mais cette fois, il s’agit d’enfants, de familles entières, désespérés et prêts à mourir pour rejoindre l’Europe plutôt que de rester dans leur pays synonyme de danger imminent. Il y a des photos qui témoignent de l’urgence de manière encore plus forte que de longs textes. Comme journalistes, nous devons témoigner de la réalité même lorsque celle-ci est choquante. L’inaction des dirigeants européens a causé hier la mort de l’enfant de Bodrum. Ce dernier mérite notre respect et notre considération, pas que l’on détourne les yeux.

LIRE AUSSI. Comment l’image des réfugiés a-t-elle évolué des boat people à aujourd’hui?

Publicité