Le Liban n’est plus en mesure de produire de l’électricité. Vendredi, les deux principales centrales thermoélectriques du pays ont arrêté de fonctionner en raison de la pénurie de mazout qui touche le pays, selon un responsable gouvernemental libanais interrogé par l’agence Reuters.

«Le réseau de production électrique libanais a complètement cessé de fonctionner aujourd’hui à midi et il est peu probable qu’il puisse être remis en fonction avant lundi prochain», a déclaré à ce responsable, ajoutant qu’Electricité du Liban, la compagnie nationale d’électricité, essaierait d’utiliser la réserve de mazout de l’armée pour faire fonctionner les centrales électriques temporairement.

Lire aussi:  Au Liban, le calvaire des pénuries

Infrastructures défaillantes

«Le pays souffre de graves pénuries, qui ont provoqué de nombreuses pannes similaires ces derniers mois», relève le journal L’Orient-Le Jour, «alors que le réseau électrique risque de s’effondrer à tout moment en raison des pénuries et d’infrastructures défaillantes».

La compagnie «tente de rétablir le courant «manuellement», en l’absence d’un centre de commandement national, le siège principal de la compagnie […] ayant été entièrement endommagé par l’explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de la capitale», poursuit le quotidien libanais. Une cargaison de carburant devait arriver par bateau samedi au cours de la soirée, mais elle «ne sera déchargée qu’en début de semaine prochaine», poursuit le journal.

Le Liban est paralysé depuis des mois par une crise économique sans précédent.