Elizabeth Warren avait tout pour arriver sereine à l’Université d’Otterbein, à Westerville (Ohio), où s’est déroulé, mardi soir, le quatrième débat télévisé des candidats à l’investiture démocrate pour la présidentielle de 2020. Pendant qu’elle grimpe dans les sondages, son principal rival, Joe Biden, pris dans la tempête de l'«affaire ukrainienne», perd des points et Bernie Sanders se remet tout juste d’une crise cardiaque. Un alignement des planètes favorable? Pour l’instant, oui. Mais devenir la favorite signifie aussi subir plus d’attaques. C’est ce que la sénatrice a expérimenté mardi soir.

Lire aussi notre éditorial: La démocrate Elizabeth Warren a un talon d’Achille: être trop à gauche