Le tribunal de Tokyo a octroyé mercredi des dommages et intérêts à la journaliste Shiori Ito qui exigeait réparation pour avoir été selon elle violée il y a plusieurs années par un responsable d'une chaîne de TV privée nippone.

«Nous avons gagné, il a été débouté, nous n'avons pas les détails du jugement, mais c'est une étape importante», a-t-elle estimé devant les caméras à la sortie du tribunal, entourée de ses défenseurs. «Nous avons pu présenter des témoignages qui ont été entendus par la cour civile», s'est-elle félicitée, brandissant ensuite une bannière où étaient inscrits les kanji (idéogrammes) signifiant une victoire judiciaire.

«Honnêtement, je ne réalise pas encore», a-t-elle ajouté, tout en espérant que la décision du tribunal puisse contribuer à changer la situation pour les femmes victimes de viol au Japon, jugeant «arriéré» l'environnement social et légal actuel.

Une enquête classée sans suite

Le juge a ordonné à son agresseur présumé le paiement de 3,3 millions de yens (27 500 euros) de dommages à la jeune femme, environ un tiers de la somme qu'elle réclamait. Une partie de ce montant est destiné à couvrir les frais d'avocat.

Dans le jugement, il est précisé que la jeune femme a «été forcée d'avoir une relation sexuelle non protégée tout en étant dans un état inconscient». Pour autant, l'homme n'est pas pénalement poursuivi. Une enquête avait été ouverte mais a été ensuite classée sans suite. L'action civile a donc été engagée par Shiori Ito en désespoir de cause.

Alors que débutait dans le monde le mouvement #Metoo, celle que l'on n'appelle souvent plus que par son prénom au Japon, a secoué la société nippone en affirmant avoir été violée en 2015 à Tokyo dans une chambre d'hôtel par Noriyuki Yamaguchi, journaliste vétéran d'une chaîne de TV privée, qui lui faisait miroiter un poste aux Etats-Unis, où lui-même se trouvait.

Une victime forcée à l'exil, un retard japonais sur le sujet

Selon Shiori Ito, son agresseur présumé l'a probablement droguée, alors qu'ils dînaient ensemble dans un restaurant, pour ensuite abuser d'elle. Shiori Ito, aujourd'hui âgée de 30 ans, a rendu son histoire publique en parlant à la presse et dans un livre titré «Black box» («La Boîte noire»). Mais sa démarche, peu commune dans l'archipel où les victimes de viol se taisent, l'a, au moins momentanément, forcée à l'exil.

Ses actions pour obtenir un procès pénal ont été selon elles stoppées juste avant l'interpellation prévue de Noriyuki Yamaguchi, en raison des liens qu'il entretient dans les hautes sphères. L'homme est entre autres le biographe du Premier ministre Shinzo Abe.

Noriyuki Yamaguchi a lui aussi porté plainte à l'encontre de la jeune femme, réfutant les accusations de viol et estimant avoir été diffamé. Il n'a pas obtenu gain de cause. Sa version à lui est que la jeune femme était totalement ivre et incapable d'aller où que ce soit seule après le dîner, d'où le fait qu'il l'ait ramenée à l'hôtel où il séjournait. Il aurait, dit-il encore, répondu à ses avances. Il reconnaît donc la relation sexuelle. Les deux protagonistes doivent s'exprimer séparément lors de conférences de presse mercredi et jeudi.

En dépit des initiatives fortes de Shiori Ito, le mouvement #Metoo n'a pas connu une grande ampleur au Japon où la législation sur le viol, datant de plus d'un siècle, n'a été amendée que récemment. Shiori Ito a aussi souligné combien les structures étaient inadaptées, qu'il s'agisse de l'accueil, dans les cabinets médicaux des femmes violées ou du manque d'attention auprès des forces de l'ordre.