Un nouveau soldat américain a été tué lundi en Irak. Ce décès porte à 38 le nombre des GI tués depuis le 1er mai, date de la fin des combats majeurs entre les troupes de la coalition et les forces de Saddam Hussein. Le soldat américain a été tué avec un interprète irakien dans le nord de Bagdad. Deux convois militaires US ont été pris dimanche soir et dans la nuit de dimanche et lundi sous des tirs d'inconnus à Ramadi et à Falloujah (ouest de Bagdad).

Paul Bremer, l'administrateur civil de l'Irak qui se trouve actuellement aux Etats-Unis, a attribué les actes de guérilla quotidiens sur le terrain à des «tueurs professionnels» fidèles à l'ancien régime. Il a indiqué que Washington entendait recruter au sein de la population irakienne pour mettre sur pied une nouvelle armée apte à les combattre.

Les 25 membres du Conseil de gouvernement irakien ont continué à débattre d'une présidence tournante du Conseil. Cette instance a toutefois décidé lundi de créer un groupe de travail pour réformer le système judiciaire irakien.