Le Conseil de sécurité des Nations unies devrait voter rapidement, peut-être dès lundi soir, un projet français de résolution prévoyant des sanctions à l'encontre de la Côte d'Ivoire et de certains de ses responsables, a-t-on appris de source diplomatique à l'ONU. Le texte prévoit un embargo sur les armes, ainsi qu'un gel des avoirs et une interdiction de voyager pour les personnes jugées responsables du blocage du processus de paix.

Le président sud-africain Thabo Mbeki, mandaté par l'Union africaine (UA) pour tenter de trouver une solution à la crise, se rendra en Côte d'Ivoire mercredi, a annoncé lundi soir le porte-parole du Ministère sud-africain des affaires étrangères.

Plusieurs véhicules 4X4 chargés de rebelles armés ont pris la direction de la ville de Bouaké (centre) et de Séguélà (nord-ouest), localités aux mains des Forces nouvelles (FN, rébellion) pour «renforcer» leurs positions, a constaté un journaliste de l'AFP. «Je confirme, ces véhicules et nos hommes vont renforcer nos positions à Bouaké et au centre-ouest», a déclaré Alphonse Soro, l'un des représentants civils des Forces nouvelles dans la zone nord. «Je parle bien de renforcement de nos positions et non de lancer une offensive dans l'autre camp», a-t-il précisé.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et des ONG de la ville de Korhogo (nord) s'organisaient lundi pour fournir de l'électricité et de l'eau potable à certaines installations sanitaires de la ville. L'hôpital de la ville, une maternité, la morgue et la banque du sang sont les «premiers endroits ciblés», ont indiqué ces organisations.