Le roi Salmane d'Arabie saoudite a nommé mercredi par décret son fils Mohammed, 31 ans, nouveau prince héritier, en remplacement de Mohammed ben Nayef, limogé.

Selon le décret royal publié par l'agence officielle Spa, le jeune Mohammed ben Salmane est nommé également vice-premier ministre tout en gardant ses fonctions de ministre de la Défense.

Le prince Mohammed ben Nayef est limogé également de ses fonctions de vice-premier ministre et ministre de l'Intérieur, selon la décision du roi.

Lire aussi: «Avec Donald Trump à la Maison-Blanche, l'Arabie saoudite ne craint plus l'isolement»

L'ascension fulgurante d'un réformateur

Devenu l'homme fort du royaume saoudien, le jeune Mohamed ben Salmane confirme ainsi son ascension fulgurante depuis qu'il a été nommé ministre de la Défense, puis vice-prince héritier peu après l'accession de son père au trône au début de 2015 à la mort de son demi-frère Abdallah.

Ayant la réputation d'un réformateur, Mohammed ben Salmane cumulait jusqu'ici plusieurs portefeuilles: ministre de la Défense, deuxième vice-premier ministre, conseiller spécial du souverain et, surtout, il préside le Conseil des affaires économiques et de développement, organe qui supervise Saudi Aramco, la première compagnie productrice de pétrole au monde.

Sa nomination comme héritier du trône a été cautionnée par 31 sur 34 membres du Conseil d'allégeance, selon la télévision d'Etat El-Ikhbariya. Le Conseil d'allégeance a notamment pour rôle de désigner le prince héritier à la majorité de ses membres. Il avait été créé à la suite d'une réforme des modalités de succession introduite en 2006 pour assurer une transition pacifique du pouvoir dans cette monarchie ultraconservatrice du Golfe, première puissance pétrolière mondiale.