L’essentiel

Le Conseil fédéral a décidé mercredi de prolonger la procédure simplifiée de la RHT pour les entreprises malmenées par le covid.

L’Autriche a annoncé la levée prochaine du confinement des non-vaccinés.

Retrouvez  notre suivi de la journée de mercredi.


■ Nombre record de cas Covid enregistrés en Suisse

Le nombre de cas déclarés de coronavirus a atteint un niveau record, selon le rapport hebdomadaire de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Une hausse des tests effectués a également été enregistrée, malgré la forte activité de dépistage qui a atteint ses limites. Les hospitalisations ont aussi augmenté.

Au total, 237 576 cas ont été enregistrés durant la semaine du 17 au 23 janvier, soit 28,2% de plus que la semaine précédente, indique l’OFSP. L’augmentation a été significative dans la plupart des cantons romands.

Neuchâtel et Fribourg enregistrent ainsi respectivement une hausse de cas pour 100 000 habitants de 39,6% et 26,7%. Viennent ensuite le canton de Vaud (+20,8%) et de Genève (+17,4%) suivis de près par le Valais (+10,6%). Le Jura, qui enregistre une baisse de 3,5%, fait figure d’exception.

Les 10 à 19 ans et les 30 à 39 ans ont particulièrement été touchés par le Covid durant la semaine sous revue. Les 70 ans et plus ont eux été les moins impactés. Une hausse de cas significative de cas a en outre été enregistrée chez les enfants de 0 à 9 ans.


■ Moins d’hospitalisations graves, selon le rapport de l’OFSP

Le nombre de personnes en soins intensifs a lui baissé avec 240 patients enregistrés au cours de la semaine du 17 au 23 janvier, soit 11% de moins que la semaine précédente. La proportion de personnes atteintes du coronavirus par rapport à l’ensemble des patients en soins intensifs a ainsi diminué, passant à 37%.

En outre, 171 patients étaient sous assistance respiratoire, soit 17% de moins que durant la deuxième semaine de l’année. L’occupation totale des lits en soins intensifs est quant à elle restée stable (75%).


■ Omicron ne poussera pas les hôpitaux à leurs limites, selon une étude

Le variant Omicron ne poussera sans doute pas le système de santé à ses limites. Une étude de l’Empa et de chercheurs grisons et allemands confirme les observations faites jusque-là. Elle souligne la nécessité de protéger surtout les groupes à risque.

Les chercheurs ont exploré trois scénarios pour la période du 17 janvier à la fin mars, afin de vérifier si le variant dominant actuel est en mesure de pousser les hôpitaux suisses et allemands aux limites de leurs capacités. Le premier scénario se base d’un taux de reproduction du virus de 1,3, proche donc de la situation actuelle (1,21 en Suisse il y a onze jours).

Les deux autres, plus pessimistes, prennent en compte des taux de reproduction de 1,5 et de 1,8. Les chercheurs ont aussi pris en compte des facteurs d’âge et de statut vaccinal. Le résultat de leurs calculs permet un optimisme prudent, même dans le cas le plus défavorable: si le taux de reproduction des infections reste en-dessous de 2, la situation dans les soins intensifs n’atteindra guère des niveaux critiques.


■ Le régulateur européen approuve la pilule anti-Covid de Pfizer

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré jeudi avoir approuvé la pilule anti-Covid de Pfizer, qui devient le premier médicament antiviral pris par voie orale autorisé au sein de l’Union européenne.

L’EMA «a recommandé d’autoriser Paxlovid pour le traitement du Covid-19 chez les adultes qui n’ont pas besoin d’oxygène supplémentaire et qui présentent un risque accru que la maladie devienne grave», a déclaré le régulateur européen dans un communiqué.


■ Vaud et Genève lèvent aussi l’obligation du masque à l’école

A l’instar d’autres cantons, le masque ne sera plus obligatoire dès lundi prochain dans les écoles primaires vaudoises, a annoncé jeudi la ministre en charge de la formation Cesla Amarelle. Les élèves du secondaire suivront le 19 février. Les camps scolaires sont à nouveau autorisés dès le 7 février.

A Genève, le masque ne sera plus obligatoire pour les élèves à l’école primaire et au cycle d’orientation à partir du lundi 21 février, soit au retour des vacances. Le canton met également fin aux recommandations de dépistage et des autotests dans les écoles et les crèches.


■ Le canton de Fribourg renonce au masque à l’école en deux étapes

Le canton de Fribourg abandonnera l’obligation de porter le masque à l’école en deux étapes. Les élèves de l’école primaire ne seront plus tenus de l’arborer dès lundi, alors que ceux du cycle d’orientation devront attendre le 14 février.

La date du 31 janvier pour l’école primaire correspond à la décision annoncée le 6 janvier, a rappelé jeudi le Conseil d’Etat. Le choix se fonde sur les dernières connaissances concernant la dangerosité du variant Omicron, «même si le nombre de contaminations est très élevé et que les élèves sont aussi touchés par des contaminations au Covid-19».

La volonté cantonale de rester attentif «au bien-être et aux apprentissages des élèves» a également guidé la décision de l’exécutif fribourgeois. Les enseignants ainsi que le personnel administratif, pédagogique et technique œuvrant dans les établissements scolaires continueront en revanche à porter le masque.


■ La Suisse compte 44 842 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

La Suisse compte jeudi 44 842 cas supplémentaires en 24 heures, selon les chiffres de l’OFSP. On déplore 16 décès supplémentaires et 149 malades ont été hospitalisés.

Actuellement, 671 personnes se trouvent aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 24,9% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 77,7%.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 131 348 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 34,1%, contre 36,6% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,2.

Le variant Omicron représente 93,8% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Selon l’OFSP, 107 653 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 68 399 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.


■ La Catalogne supprime le pass sanitaire, jugé inefficace face à Omicron

La région espagnole de Catalogne a décidé de mettre fin à partir de vendredi à l’obligation de présenter un pass sanitaire pour entrer dans les bars, restaurants et salles de sport, le jugeant peu efficace face à la grande contagiosité d’Omicron. «Une partie importante de la population est à nouveau susceptible d’être infectée par le virus», à cause d’Omicron, «indépendamment de son statut vaccinal ou du fait d’avoir déjà contracté la maladie», a justifié, dans un communiqué, le gouvernement régional qui suit ainsi l’avis de son comité d’experts.

Si le nombre de cas reste toujours très élevé dans la région, les hôpitaux ne sont pas aussi saturés que les autorités pouvaient le craindre dans leurs scénarios les plus pessimistes. La région a donc levé la majeure partie de ses restrictions, mettant fin mardi aux jauges d’occupation dans les restaurants et supprimant la limite de dix personnes pour les réunions privées. Il y a une semaine, elle avait aussi levé le couvre-feu qui était en vigueur entre 1h00 et 6h00 du matin à Barcelone et dans une grande partie de la région depuis fin décembre. La seule restriction encore en vigueur est la fermeture des discothèques.

En Espagne, où les régions sont compétentes en matière de santé, certaines ont instauré un pass sanitaire pour rentrer dans certains lieux publics. Malgré un taux de vaccination élevé, avec 90,7% de la population de plus de 12 ans entièrement vaccinée, les cas de coronavirus ont explosé depuis la fin décembre en Espagne, qui possède l’un des taux d’incidence les plus élevés d’Europe.


■ Hongkong réduit la quarantaine des voyageurs à deux semaines

Hongkong a annoncé jeudi que la quarantaine obligatoire à l’hôtel pour les voyageurs en provenance de l’étranger, l’une des plus longues au monde, sera réduite de trois à deux semaines à partir du 5 février. «Tous les arrivants à Hongkong seront soumis à une quarantaine obligatoire de 14 jours dans des hôtels désignés», a annoncé la dirigeante d’Hongkong, Carrie Lam. Une décision «purement basée sur la science», au vu de la période d’incubation plus courte du nouveau variant Omicron, a-t-elle dit.

A l’instar de la Chine continentale, le territoire poursuit une stratégie «zéro xovid» qui a permis de contenir les contaminations à un très faible niveau mais quasiment coupé ce centre international de la finance du reste du monde depuis deux ans. Depuis l’émergence du variant très contagieux Omicron sur son sol, Hongkong a renforcé ses restrictions de voyage en fermant ses frontières aux arrivées de huit pays et en interdisant aux passagers de 153 pays de transiter via Hongkong. Ces mesures restent en vigueur. Les mesures de distanciation sociale prises dans toute la ville – comme la fermeture des restaurants à 18h00 – seront prolongées de deux semaines, tandis que les écoles restent fermées à l’approche du Nouvel an lunaire.


■ Le Valais prolonge ses aides à la culture

Comme la Confédération, le Valais renouvelle son aide à la culture en soumettant deux nouveaux crédits au parlement cantonal pour un montant total de 18,7 millions. Une partie, 6,7 millions, est prise en charge par Berne. La Confédération a décidé de prolonger son soutien à la culture, en permettant aux acteurs culturels et aux projets de transformation de bénéficier d’aides d’urgence jusqu’au 31 décembre 2022. Elle continue aussi d’indemniser les pertes financières de ce secteur, tant que «les restrictions imposées par les autorités» dureront. Dans un communiqué publié jeudi, le canton du Valais a annoncé qu’il s’alignait sur le plan fédéral.

Le canton a ainsi conclu avec la Confédération une nouvelle convention de prestations d’un montant de 13,4 millions de francs, qui sera financé à parts égales par Berne et Sion et s’inscrit dans le cadre de la loi fédérale Covid-19 et de sa nouvelle ordonnance. Cette somme doit permettre de couvrir 80% des pertes. En plus de sa part, soit 6,7 millions de francs, le Valais souhaite dédier 5,3 millions de francs pour soutenir les 20% non indemnisés par la Confédération. Une aide complémentaire qui «réaffirme son soutien au domaine culturel», souligne-t-il. Le Grand Conseil se penchera sur la question lors d’une prochaine session.


■ Dans le canton de Vaud, fini les masques dans les zones fréquentées

Dans le canton de Vaud, le masque ne sera plus obligatoire dès vendredi en extérieur dans les zones à forte affluence, comme sur les marchés ou dans certaines rues fréquentées. Le Conseil d’Etat a pris cette décision en se basant sur les admissions aux soins intensifs, toujours «très stables» et «à un niveau absorbable pour les hôpitaux.»

Malgré des infections toujours en hausse, le nombre de personnes aux soins intensifs dans le canton de Vaud se maintient depuis plusieurs semaines autour d’une quarantaine. «Cette constance autorise le Conseil d’Etat à prendre de nouvelles décisions», indique-t-il jeudi dans un communiqué. Le gouvernement fera jeudi après-midi de nouvelles annonces, concernant cette fois-ci les lieux de formation.


■ En Valais, les écoliers n’auront plus à porter le masque

Le masque ne sera plus obligatoire dès lundi prochain dans les écoles primaires valaisannes, a annoncé jeudi Christophe Darbellay à La Matinale de la RTS. Les élèves du secondaire suivront une semaine plus tard. Une décision prise vu la situation «sous contrôle» aux soins intensifs. «On est en train de sortir de cette crise et les enfants ont payé un fort tribut à cette pandémie alors qu’ils ne sont pas les plus concernés», a déclaré le chef du département valaisan de la formation et de l’économie.

Christophe Darbellay, qui préside aussi depuis lundi la Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP), a précisé que ces décisions résultaient de discussions avec les autres cantons. Il a ajouté que d’autres annonces étaient prévues «ces prochaines heures ou ces prochains jours» et qu'«une bonne partie des petits Romands seraient soumis aux mêmes conditions».


■ L’Angleterre abandonne l’essentiel des restrictions

L’Angleterre a laissé derrière elle jeudi la quasi-totalité des dernières restrictions en vigueur. Avec cette stratégie, le gouvernement espère que la population va s’habituer à vivre avec le coronavirus comme elle le fait avec la grippe. Ce vent de liberté tombe à point pour le premier ministre Boris Johnson, plus que jamais fragilisé à la tête du gouvernement par le scandale des fêtes à Downing Street au mépris des règles anti-coronavirus.


■ Moderna a commencé les essais d’un rappel de vaccin contre Omicron

L’entreprise américaine Moderna a annoncé avoir commencé les essais cliniques d’une dose de rappel de vaccin conçu spécifiquement contre le variant Omicron du coronavirus. Ces essais seront menés sur 600 adultes.

Lire aussi: La quatrième dose de vaccin contre le covid n’est sans doute pas pour tout de suite

La moitié d’entre eux a déjà reçu deux doses du vaccin de Moderna il y a au moins six mois, l’autre a reçu non seulement ces deux doses initiales, mais aussi, il y a au moins trois mois, la dose de rappel déjà autorisée. Le rappel spécifique contre Omicron sera donc à la fois évalué en tant que troisième ou quatrième dose.


■ Un hôpital américain refuse une greffe du cœur à un patient non vacciné

Un hôpital de Boston refuse à l’un de ses patients de 31 ans une greffe du cœur au motif qu’il n’est pas vacciné et que la transplantation serait ainsi vouée à l’échec, ont rapporté mercredi des télévisions américaines. Une porte-parole du Brigham and Women’s Hospital a confirmé dans un communiqué que le vaccin contre le coronavirus était «requis» pour tous les candidats aux transplantations d’organes.

Le trentenaire refuse d’être vacciné contre le coronavirus: «Cela va fondamentalement à l’encontre de ses principes, il n’y croit pas», a justifié le père du patient. Et comme le Brigham and Women’s Hospital «applique cette politique […] ils l’ont rayé de la liste des transplantés cardiaques», se désespère-t-il.


■ L’Italie va alléger ses restrictions pour les voyageurs de l’UE

En vertu du décret signé par le ministre de la Santé Roberto Speranza mardi, le pass vaccinal sera suffisant, à partir du mois prochain, pour les voyageurs en provenance d’autres pays de l’UE. Ce pass vaccinal, baptisé en Italie «pass sanitaire renforcé», s’obtient seulement avec un cycle vaccinal complet ou après guérison du Covid.

Les Vingt-Sept ont convenu mardi de mieux coordonner les règles applicables aux déplacements au sein de l’UE et d’éviter d’imposer des restrictions aux détenteurs d’un certificat sanitaire européen, comme certains pays l’ont fait face à l’émergence du variant Omicron.