La Grande-Bretagne a opposé lundi une fin de non-recevoir à la demande du premier ministre israélien Ariel Sharon de rompre tout contact avec le président palestinien Yasser Arafat. Arrivé dimanche soir à Londres, Sharon est venu chercher le soutien de Londres pour faire infléchir les positions européennes à l'égard d'Israël et du président de l'autorité palestinienne, selon un haut responsable. Mais le ministre britannique des Affaires étrangères Jack Straw, en rencontrant Sharon lundi matin, a insisté sur le fait que la Grande-Bretagne maintiendrait le contact avec Arafat tant qu'elle le jugera «utile».

Sharon considère qu'Arafat «demeure le principal obstacle sur la voie de la paix par ses incessants efforts à saper le processus». Sharon devait s'entretenir avec Tony Blair lors d'un dîner lundi soir. Il rencontrera des responsables de la communauté juive de Grande-Bretagne mardi, avant de se rendre mercredi en Norvège.