Le drapeau de l’Ukraine flotte au-dessus de la gare d’Helsinki. Quelques passants s’arrêtent pour immortaliser l’instant en photo. «Je suis contente que la Finlande soutienne l’Ukraine face à la tyrannie de Poutine», se réjouit Marjanne Attila, en rangeant son téléphone dans sa poche. Pour cette quinquagénaire, ce conflit est «un non-sens» qu’elle peine encore à s’expliquer. Le constat est partagé par beaucoup de Finlandais, qui ont subi l’annonce de l’invasion avec stupeur et inquiétude.