La défense antiaérienne du contingent français de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) a pris vendredi matin des «mesures préparatoires à une riposte» lorsque des avions de combat israéliens ont survolé une position des Casques bleus au Sud-Liban.

La Finul a observé 14 violations israéliennes de l'espace territorial libanais, dont onze ont eu lieu dans la zone de déploiement du bataillon français dans le secteur central du Sud-Liban. Il s'agit du troisième incident du genre au cours des dernières semaines entre le contingent français de la Force intérimaire de l'ONU et l'aviation israélienne.

Le commandant de la Finul, le général français Alain Pellegrini, a «fermement protesté auprès des autorités israéliennes, leur demandant de mettre fin à ces actions inacceptables et en violation de la résolution 1701» du Conseil de sécurité de l'ONU.

Paris avait formellement protesté auprès de Tel-Aviv après qu'un poste de Casques bleus français au Sud-Liban, cible d'un simulacre d'attaque en piqué par des chasseurs-bombardiers israéliens le 31 octobre, eut été «à deux secondes» de tirer des missiles sol-air sur eux. La France avait également rappelé le survol par l'aviation israélienne dans des conditions analogues de deux navires français et allemand patrouillant le long des côtes libanaises au nom de l'ONU.