Dans la salle remplie de journalistes de l’Association des correspondants du Palais des Nations (Acanu), il reste calme, presque imperturbable. On croirait le voir dans le film de Lee Daniels, Le Majordome, long métrage dont il fut l’acteur principal ou, dans un autre genre, comme l’adepte de la philosophie des samouraïs qu’il incarnait dans Ghost Dog de Jim Jarmush. Vendredi, à peine arrivé à Genève des Etats-Unis, Forest Whitaker, 57 ans, qui incarne l’ex-archevêque sud-africain Desmond Tutu dans le récent film « Forgiven », est venu plaider la cause de la jeunesse en marge du Festival du film et forum international sur les droits humains dont il est l’une des principales têtes d’affiche.