Allemagne

La forêt de Hambach, une «zad» contre le charbon

Entre Cologne et Aix-la-Chapelle, des milliers de manifestants sont venus soutenir ce week-end une centaine d’activistes qui occupent depuis six ans la forêt de Hambach. Ce bois est devenu emblématique de la difficulté pour l’Allemagne à tourner la page du charbon

Un chemin défoncé, élargi pour le passage des engins de chantier qui sillonnent la forêt depuis jeudi, a été percé entre les arbres, bordé des deux côtés par des souches de troncs fraîchement abattus. La voie mène vers ce qu’il reste d’un village de cabanes dans les arbres baptisé «Oak Town» par les activistes. Des matelas, des ustensiles de cuisine, des vêtements et quantité de planches arrachées aux constructions jonchent le sol depuis que les autorités ont donné mercredi l’ordre d’évacuer la «zone à défendre» (zad) de la forêt de Hambach.

Un symbole face au passé

Sur les 2000 hectares que comptait jadis cette forêt de hêtres et de chênes vieille de 12 000 ans, il ne reste qu’un petit bois de 400 hectares, condamné à disparaître sous les bulldozers depuis les années 1980. Occupé depuis six ans par des activistes, le bois doit être rasé à la mi-octobre pour céder la place au charbon. La forêt appartient au géant de l’électricité RWE, et le sous-sol de la région abrite l’une des plus importantes veines de lignite – un combustible de mauvaise qualité et particulièrement polluant – du pays.

Lire aussi: Mystère autour d’une attaque à l’acide d’un cadre dirigeant en Allemagne

En Allemagne, la forêt de Hambach est devenue le symbole de la difficulté du pays à tourner la page du charbon. «Alors que l’Allemagne ne parviendra pas à tenir ses objectifs de réduction des émissions de CO2, à cause notamment du charbon, RWE s’apprête à détruire l’un des derniers poumons verts de la région, pour seulement vingt ans d’extraction de lignite. C’est absurde!» s’attriste Thomas Landmann, un médecin de la région qui soigne gratuitement les activistes depuis six ans.

Depuis jeudi, policiers, pompiers et services techniques travaillent nuit et jour sur place. Dimanche soir, 18 des 50 cabanes édifiées dans les arbres par les militants avaient été évacuées.

Un mode de vie improvisé

Cachée dans les fourrés, Tinka observe de loin «le massacre d’Oak Town». Cette jeune femme de 27 ans, saroual et foulard noirs sur une longue chemise bariolée, habite la «Jungle», un autre village de résistants posé, lui, à même le sol, à l’autre extrémité de la forêt de Hambach. Quelques cabanes de pisée, des caravanes et des tentes, un entrepôt à vêtements soigneusement triés «où chacun peut prendre ce qu’il veut», des réserves d’eau, une cuisine improvisée. Les repas – à base de dons des habitants des environs – sont bios et véganes…

Près de la Jungle, Flora et Martin ont allumé le feu du petit-déjeuner sur la terrasse de leur cabane édifiée à 20 mètres du sol. L’eau de la cafetière bout. Les couvertures sont mises à aérer sur la balustrade. Un tas d’ordures soigneusement triées s’entasse dans un coin. «Je n’avais aucune expérience dans la construction d’une cabane, raconte Flora, prestement descendue à l’aide d’un filin. Avec Martin, nous avons construit celle-ci voilà deux mois. Parmi nous, il y a quelques menuisiers.»

La fin des illusions

La jeune femme a une longue expérience du combat écologique. Elle était à la «zad» de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, pour protester contre le projet de construction d’un nouvel aéroport. «En France, c’est différent, raconte Flora. Les policiers munis de tasers et de balles en caoutchouc n’hésitent pas à blesser intentionnellement les activistes. Là-bas, il est impossible de s’enchaîner aux arbres comme on le fait ici. Mais, en Allemagne aussi, les choses changent. Jeudi, les flics n’ont pas hésité à casser le bras d’un des nôtres qui s’était enchaîné dans sa cabane.»

Flora est prête à tout pour défendre sa cabane. «Le recours à la violence, c’est un sujet sensible, explique Tinka. Il y a ceux qui sont pour la résistance pacifique, et ceux pour qui il faut répondre à la violence de l’Etat par la violence.» A dix pas de là, un groupe d’hommes vêtus de noir et le visage encagoulé s’activent à construire des barricades pour bloquer l’arrivée des engins lourds de la police lorsque leur portion de forêt sera à son tour visée par les évacuations.

Aucun des habitants ne se fait d’illusions. Face au déploiement des forces de l’ordre, il leur faudra quitter les lieux. Flora et Martin assurent qu’ils rejoindront un autre mouvement de résistance, ailleurs. Tinka retournera à la «vie civile», auprès de son copain et de son chiot.

Publicité