«Ils ont manifestement lancé une fatwa contre le professeur.» C’est ce qu’a déclaré Gérald Darmanin, le ministre de l’intérieur français à la radio Europe 1, en désignant des suspects en garde à vue dans l’enquête sur cet attentat perpétré vendredi par un Russe tchétchène de 18 ans.

Depuis l’assassinat de Samuel Paty, plus de 80 enquêtes ont été ouvertes pour haine en ligne et des interpellations ont eu lieu, a ajouté Gérald Darmanin. Celui-ci a affirmé vouloir dissoudre plusieurs associations, dont le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF).

«51 structures associatives verront toute la semaine un certain nombre de visites des services de l’Etat et plusieurs d’entre elles, sur ma proposition, se verront dissoudre en Conseil des ministres», a annoncé Gérald Darmanin.

Lire aussi: Face au terrorisme, la France s’agrippe à sa laïcité

Lancement d'une fatwa 

Le ministre a dit souhaiter la dissolution du CCIF, selon lui «manifestement impliquée» et dont «un certain nombre d’éléments nous permettent de penser que c’est un ennemi de la République». Elle «touche des aides d’Etat, des déductions fiscales et dénonce l’islamophobie d’Etat».

Il a également cité l’ONG Baraka City, fondée par des musulmans au profil salafiste, dont le président Driss Yemmou a été placé jeudi sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une enquête pour harcèlement sur les réseaux sociaux.

L’association, dont le compte Facebook est suivi par plus de 715 000 personnes, suscite un fort engouement chez beaucoup de jeunes croyants mais aussi la suspicion pour ses prises de position parfois radicales.

Le ministre a par ailleurs estimé que le père d’une collégienne de Conflans-Sainte-Honorine et le militant islamiste radical Abdelhakim Sefrioui «ont manifestement lancé une fatwa» contre le professeur Samuel Paty pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet.

Les deux hommes font partie des onze personnes gardées à vue dans l’enquête sur cet attentat perpétré vendredi par un Russe tchétchène de 18 ans.