«Un constat d’échec.» En trois mots, le Conseil scientifique français a résumé la donne. Faute d’un meilleur isolement des personnes malades et de leurs «cas contacts», et faute d’une meilleure traçabilité des mouvements de ces individus avant la confirmation de leur infection par le coronavirus, la seconde vague de la pandémie risque, en France, de devenir de plus en plus compliquée à surmonter.