«Un constat d’échec.» En trois mots, le Conseil scientifique français a résumé la donne. Faute d’un meilleur isolement des personnes malades et de leurs «cas contacts», et faute d’une meilleure traçabilité des mouvements de ces individus avant la confirmation de leur infection par le coronavirus, la seconde vague de la pandémie risque, en France, de devenir de plus en plus compliquée à surmonter.

Jean Castex en isolement

«Non-respect des mesures d’isolement par une partie importante des personnes atteintes par le virus ou contacts à risque; fragilisation de notre capacité à maîtriser les chaînes de transmission; stratégie d’isolement sans cahier des charges ni budget à l’échelle nationale; recommandations assez peu relayées auprès du public; manque de données précises sur les conditions et le suivi de l’isolement…» L’avis du 3 septembre – rendu public le 9 – des 13 experts du Conseil (présidé par le professeur Jean-François Delfraissy) met la pression sur le conseil de défense réuni ce vendredi autour d’Emmanuel Macron. Ceci alors que 50 000 nouveaux cas ont été détectés cette semaine. Et que le premier ministre Jean Castex a dû s’isoler après avoir voyagé, samedi 5 septembre, avec le directeur du Tour de France cycliste Christian Prudhomme, testé positif.