International

La France insoumise, bien trop soumise à Mélenchon

Le parti français de la gauche radicale se réunit en assemblée générale le 23 juin. Mais deux semaines après sa cuisante défaite aux européennes, l’attitude de son leader, Jean-Luc Mélenchon, est de plus en plus contestée

Ceux qui l’accusent d’être un «caudillo de gauche» ont de nouveau du grain à moudre. Deux semaines après la cuisante défaite de la liste de La France insoumise conduite par la jeune Manon Aubry (29 ans) aux élections européennes (6,3%, alors que la direction du parti espérait dépasser les 10% et devancer les écologistes), les méthodes autoritaires de Jean-Luc Mélenchon, 68 ans, sont devenues l’objet de nombreuses récriminations au sein de sa formation.

La dernière preuve en date de cette contestation s’est étalée le 7 juin dans les pages politiques du Monde lorsque celui-ci a publié l’essentiel d’une note interne qui souligne «l’affaiblissement du réseau militant et le départ de plusieurs responsables dus en grande partie au mode de fonctionnement du mouvement depuis sa création». Une fuite médiatique aussitôt ridiculisée par Jean-Luc Mélenchon, qui a de nouveau dénoncé les «attaques insensées» de la presse, «qui charrie, sans tri ni vérification, tous les écoulements que la scène égotique fait ruisseler».

Lire aussi: Face à la presse, Mélenchon emploie la méthode Trump

Théâtre politique

Le Monde n’en est pas à sa première mise en cause de la méthode Mélenchon, connu pour sa sympathie envers les régimes de Cuba et du Venezuela. Le 21 mai, le quotidien (actionnaire minoritaire du Temps) a raconté dans le détail, sur la base des procès-verbaux policiers, la perquisition ratée du 16 octobre 2018 menée par la justice française au domicile du leader de La France insoumise (FI), et au siège de son parti. Ces perquisitions controversées avaient été déclenchées dans le cadre de deux enquêtes: l’une sur la réalité du travail des assistants parlementaires de FI au Parlement européen, l’autre sur les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon lors de l’élection présidentielle qui l’a vu échouer de peu au premier tour (avec 19,2%).

Or l’enquête du Monde démontre que les cadres de FI s’en sont volontairement pris aux policiers venus perquisitionner, les menaçant avec violence, pour apparaître comme des victimes… avant de se montrer bien plus conciliants lors des auditions. Il s’agissait, en somme, d’un théâtre politique destiné à impressionner l’électorat «insoumis». Alors qu’une enquête parallèle menée par la justice française sur les assistants du Front national (aujourd’hui Rassemblement national) au Parlement européen a entraîné la condamnation du parti dirigé par Marine Le Pen.

«Aucune véritable instance de décision collective»

L’actuel député du Vieux-Port de Marseille est mis en cause pour deux raisons: la concentration des pouvoirs exécutifs entre ses seules mains, et le choix opaque des personnes qui l’entourent. La note publiée par Le Monde, dont FI n’a pas contesté l’authenticité, dénonce le fait qu’«aucune véritable instance de décision collective ayant une base démocratique n’a été mise en place». Résultat: «Les décisions stratégiques sont prises par un petit groupe […] qui n’a pas reçu de véritable délégation de la part du mouvement pour le faire.» Un comble pour une formation qui, au fil de la crise des «gilets jaunes», s’est positionnée en faveur de la démocratie directe et du référendum d’initiative citoyenne. Jean-Luc Mélenchon s’est, à plusieurs reprises, lui-même prononcé pour un référendum «révocatoire» afin de «garantir le droit du peuple à exercer sa souveraineté». Ce qui attise au sein de son parti l’idée d’une prochaine consultation interne, avant sa deuxième assemblée représentative prévue le 23 juin à Paris.

La première assemblée de La France insoumise – mouvement lancé en 2016 – avait eu lieu le 7 avril 2018 à Paris. Elle avait suivi de peu une première crise (d’autres se sont déroulées depuis) au sein du «Média», la chaîne de télévision sur internet proche de ce parti, au sein de laquelle les guerres de pouvoir ont entraîné le retrait de plusieurs figures de proue, sur fond de guerre d’influence autour de Sophia Chirikou, ancienne communicante du parti (et proche de Jean-Luc Mélenchon) accusée d’avoir surfacturé ses prestations. «Si nous n’y prenons garde, notre mouvement finira par tomber dans les excès de ceux qu’on a appelés des «partis d’élus», juge la note confidentielle reproduite par Le Monde.

Lire encore: Le Média, des leçons de morale aux règlements de comptes

Plusieurs députés du groupe «insoumis» à l’Assemblée nationale (17 élus, dont Jean-Luc Mélenchon est le président) ont ouvertement appelé à une explication «franche et ouverte» pour rassurer les militants, et tirer les conséquences de l’échec des européennes, où le parti de la gauche radicale a fini ex aequo avec le Parti socialiste qu’il espérait pour de bon enterrer (6,3% contre 6,19%).

Publicité