Pénurie hier, utilisation massive et rigoureuse aujourd’hui: les masques chirurgicaux de protection trahissent les différentes phases de la lutte contre l’épidémie en France. Impossible, aujourd’hui, de prendre le train, le métro ou le bus dans l’Hexagone sans avoir le visage dûment masqué durant le trajet. Dans le métro parisien, comme dans les TGV Lyria entre la France et la Suisse, des annonces rappellent régulièrement à l’ordre les voyageurs sur l'obligation de porter ces masques, qu’ils soient en toile et cousus ou qu’il s’agisse de masques chirurgicaux classiques (du modèle de base au FFP2, d’ordinaire réservé aux professionnels).