L'essentiel

En France, 20 millions de personnes ont reçu au moins une dose de vaccin et près de 9 millions ont reçu deux injections.

Dès lundi, les habitants de la plupart des pays européens pourront à nouveau se rendre au Portugal pour des vacances. Tous les passagers de plus de deux ans doivent toutefois présenter, avant l'embarquement, un test PCR négatif de moins de 72 heures.

Au moment où plusieurs pays entrevoient l'espoir d'une vie plus normale, d'autres, comme l'Inde, restent aux prises avec une flambée épidémique dévastatrice. Et, selon le patron de l'Organisation mondiale de la Santé, «au train où vont les choses, la deuxième année de la pandémie sera beaucoup plus mortelle que la première».

Retrouvez notre suivi de la journée de vendredi


■ A Berne, la police se déploie lors d'une manifestation non autorisée

La police est intervenue de manière conséquente contre les opposants non masqués aux mesures de lutte contre le coronavirus samedi après-midi dans le centre de Berne. Une vingtaine de personnes ont été encerclées et soumises à un contrôle d'identité.

La police cantonale bernoise avait appelé un peu plus tôt les protestataires à quitter les lieux. Elle était présente en force, y compris avec des canons à eau et des véhicules grillagés, ont constaté des journalistes de Keystone-ATS.

Le nombre des personnes non masquées souhaitant manifester était modeste, mais difficile à estimer, en raison de la présence de badauds. Il devrait s'agir de quelques dizaines.

Quelques cris isolés «Liberté» pouvaient être entendus dans le centre-ville. Non loin de la Place fédérale, fermée au moyen de grillages, une personne portait un drapeau proclamant «Freedom Rally».

L'exécutif de la ville avait appelé les organisateurs de la manifestation non autorisée à y renoncer. Il a donné mandat aux forces de l'ordre de ne pas tolérer de manifestation de personnes ne portant pas de masque ou ne respectant pas la distance sociale.


■ L'avancée de la vaccination en Suisse, en un clin d'oeil


■ En France, 20 millions de primo-vaccinés

Objectif bientôt atteint: la France s'apprête à passer ce week-end le cap des 20 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin, juste avant d'alléger les contraintes sanitaires mercredi en rouvrant commerces, terrasses et lieux culturels.

«Je suis raisonnablement optimiste. Nous devrions ce soir atteindre l'objectif collectif que nous nous étions fixés, à savoir 20 millions de primo-vaccinés au 15 mai», a déclaré samedi le Premier ministre Jean Castex lors d'une visite dans un centre de vaccination porte de Versailles à Paris. «Cela conforte les perspectives de sortie de crise qui sont également confortées par l'évolution des données de l'épidémie qui régresse partout» en France, a ajouté le chef du gouvernement.

Vendredi soir, 19,7 millions de personnes avaient reçu au moins une injection et 8,7 deux injections (soit 13% de la population totale et 16,6% de la population majeure).

Le gouvernement s'est fixé comme objectif 30 millions de primo-vaccinés à la mi-juin et a ouvert depuis mercredi la vaccination aux plus de 18 ans, sans conditions, pour des doses disponibles du jour au lendemain.


■ Près de 13 000 décès vendredi dans le monde

La pandémie a fait au moins 3 359 726 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles samedi à midi.

Plus de 161 795 290 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie. Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays et excluent les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques, comme en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.

Sur la journée de vendredi, 12 950 nouveaux décès et 728 160 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 585 232 décès pour 32 895 292 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil, l'Inde, le Mexique et le Royaume-Uni.


■ Un instantané: La «Reunion 5k» à Londres, pour fournir des données scientifiques


■ Près d'un quart des élèves d'une école neuchâteloise positifs

Dix-neuf cas positifs supplémentaires ont été détectés dans un des trois collèges primaires de Fleurier (NE) après un dépistage organisé dans cette école mercredi dernier. Cela porte le total à 37 cas positifs parmi les élèves, soit 23% des effectifs, et cinq du côté des enseignants.

Le dépistage avait eu lieu à la suite de la découverte de plusieurs cas d'infection dans ce collège primaire et de la mise en quarantaine de toutes les classes. Il a été effectué au moyen de tests PCR salivaires sur l'ensemble des élèves, avec l'accord de leurs représentants légaux. Une majorité des élèves ont participé à cette opération, indique le canton de Neuchâtel samedi.

Un second dépistage, toujours au moyen de tests PCR salivaires, sera organisé mardi sur les personnes négatives en quarantaine ainsi que leurs familles vivant sous le même toit. L'école reste en quarantaine jusqu'au mardi suivant, le 25 mai.

Ces résultats montrent que le virus circule toujours dans la région, avertit le canton. Et de rappeler l'importance de s'autotester de manière hebdomadaire en l'absence de symptômes et de se faire tester dans un centre, une pharmacie ou chez son médecin traitant en cas de symptômes.


■ Le Portugal rouvre ses frontières pour les vacanciers

Après le Royaume-Uni, le Portugal autorisera, à partir de lundi, les voyages touristiques pour la plupart des pays européens, annonce ce samedi le ministère de l'Intérieur.

Les personnes en provenance des pays de l'Union européenne ayant une incidence du coronavirus «inférieure à 500 cas pour 100 000 habitants» pourront effectuer «tous types de voyage vers le Portugal, y compris les voyages non essentiels», a précisé le gouvernement dans un communiqué. Tous les passagers de plus de deux ans doivent toutefois présenter, avant l'embarquement, un test PCR négatif de moins de 72 heures.

Les restrictions de voyage, limitées aux voyages essentiels, se maintiennent uniquement pour huit pays, dont cinq de l'Union européenne. Il s'agit de Chypre, de la Croatie, de la Lituanie, des Pays-Bas et de la Suède, ainsi que de l'Afrique du Sud, du Brésil et de l'Inde. Les voyageurs originaires de ces pays sont soumis en outre à une quarantaine de 14 jours.


■ Taïwan fait face à un pic des infections

Taïwan a décrété samedi des mesures de distanciation physique plus strictes pour sa capitale et ses environs après un pic soudain de cas de coronavirus dans un pays qui a jusqu'ici traversé la pandémie relativement indemne.

Les autorités ont relevé le niveau d'alerte pour Taipei et New Taipei City après la confirmation de 180 nouvelles infections, contre 29 cas la veille. En vertu des nouvelles restrictions, pas plus de cinq personnes peuvent se réunir à l'intérieur et dix à l'extérieur. Ces mesures interviennent au lendemain de la décision par les autorités de la fermeture pour une durée indéterminée des lieux de divertissement. 

Taïwan n'a enregistré que 1500 cas de coronavirus et 12 décès et a été l'une des rares économies industrialisées à connaître la croissance l'année dernière.

 


■ Aux Etats-Unis, des fake news ralentissent l'inoculation

De fausses informations selon lesquelles la vaccination contre le Covid-19 peut rendre stérile dissuadent certains Américains de recevoir leur injection, et obligent les professionnels de la santé à démontrer à leurs patients que ce qu'ils ont lu en ligne n'a aucun fondement scientifique.

Elles se propagent notamment sur les réseaux sociaux comme Facebook, où l'on peut lire que 97% des vaccinés deviennent stériles, que même une relation sexuelle avec un homme immunisé suffit à nuire à la fertilité d'une femme, et que tout cela pourrait «stériliser une génération entière».

Au moment où le rythme des injections ralentit aux Etats-Unis, ces affirmations erronées compliquent la tâche de l'administration Biden, qui s'est fixée pour objectif d'atteindre l'immunité collective.


■ L'année 2021 pourrait être pire que 2020

La pandémie est en passe de faire plus de morts cette année qu'en 2020, a prévenu vendredi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) au moment où plusieurs pays entrevoient l'espoir d'une vie plus normale alors que d'autres, comme l'Inde, restent aux prises avec une flambée épidémique dévastatrice.

Le Covid-19 a fait au moins 3,3 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019 tandis que l'apparition de variants et la progression inégale des campagnes de vaccination continuent d'inquiéter.

Selon le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, «au train où vont les choses, la deuxième année de la pandémie sera beaucoup plus mortelle que la première».