Les opérations de vote ont débuté samedi pour les Français d’outre-mer et vivant sur le continent américain avec l’ouverture des premiers premiers bureaux à 10H00 TU (midi, heure suisse)à Saint-Pierre et Miquelon, au large du Canada. Ce matin à 8h00, les bureaux de métropole ont ouvert, fermant entre 18h00 et 20h00 selon la taille de la commune. Au total 46 millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour décider dimanche quel sera le président de la France pendant cinq ans.

Depuis vendredi minuit, les candidats sont contraints au silence jusqu’à dimanche 20H00, heure de fermeture des derniers bureaux de vote.

Au premier tour, le 22 avril, François Hollande est arrivé en tête (28,63% des suffrages) devant Nicolas Sarkozy (27,18%). Il aborde le scrutin en favori pour ramener la gauche à l’Elysée dont elle est absente depuis 17 ans: depuis des mois, il est donné vainqueur par les sondages.

Mais avec 52% des intentions de vote pour le candidat socialiste contre 48% pour le président sortant selon une dernière enquête Ifop-Fiducial publiée vendredi soir, l’écart entre les deux hommes s’est réduit à son plus faible niveau depuis le début de la campagne.

«Dimanche tout est possible», a titré samedi le quotidien de gauche Libération tandis que le journal de droite Le Figaro rappelait à ses lecteurs qu’ils avaient à faire «un choix historique».

Les deux hommes ont passé la journée de samedi avec leurs proches: François Hollande avec sa compagne Valérie Trierweiler dans son fief de Tulle (centre) où il a arpenté les marchés, Nicolas Sarkozy en privé avec son épouse, Carla Bruni, et leur fille.

Tout est encore possible

Durant leurs ultimes meetings, les deux finalistes ont appelé à la mobilisation, François Hollande jugeant que la victoire n’était pas faite, Nicolas Sarkozy que la défaite pouvait être évitée.

«Ne commettez pas cette erreur qui pourrait être fatale de penser que les jeux seraient déjà joués», a lancé le socialiste à Périgueux (sud-ouest). «C’est moi qui dois vous le dire, je ne suis sûr de rien». Dans l’optique d’une victoire, il a appelé plus largement les Français à «la réconciliation» et au «rassemblement».

Le sortant a, lui, exhorté au «sursaut national»: «Chaque voix va compter dimanche, vous n’imaginez pas à quel point les choses vont se jouer sur le fil du rasoir», a-t-il dit aux Sables-d’Olonne (ouest). «La question ce n’est pas Nicolas Sarkozy ou François Hollande, la question c’est +quel avenir pour notre pays, quel choix pour vos enfants», a-t-il insisté.

François Hollande peut compter sur un bon report de la gauche radicale et des écologistes (au total 14,5% des voix) dont les leaders ont appelé à voter pour lui. Aucun des candidats du premier tour n’a appelé à voter pour Nicolas Sarkozy.

La mobilisation des abstentionnistes (taux de 20,53% au premier tour) et le report des voix des électeurs de la dirigeante de l’extrême droite (Front national), Marine le Pen, qui a réalisé une percée historique (17,9%) le 22 avril, et de ceux du centriste François Bayrou (9,1%) seront les clés du scrutin.

Violence de l’entre-deux-tours

L’entre deux tours très frontal a été marqué par une quête aux voix du Front national, menant Nicolas Sarkozy à radicaliser son discours sur l’immigration et la sécurité.

Marine Le Pen a indiqué qu’elle voterait blanc et implicitement appelé ses électeurs à faire le même choix. François Bayrou a déclaré qu’à titre personnel il voterait Hollande mais sans donner de consignes de vote.

Parti en outsider il y a un an, François Hollande, ex-dirigeant du Parti socialiste sans expérience gouvernementale, a tracé son sillon en vendant aux électeurs l’idée d’une présidence «normale», déterminé à retrouver l’équilibre budgétaire en 2017 tout en favorisant la croissance.

Triomphalement élu en 2007 mais plombé par un bilan impopulaire sur fond de crise et une image tenace de «président des riches», Nicolas Sarkozy se présente comme celui qui a évité à la France le destin économique de la Grèce et qui saura «protéger» les Français.

A peine élu, le prochain chef de l’Etat devra honorer plusieurs rendez-vous internationaux, à commencer par les sommets du G8 et de l’OTAN les 20 et 21 mai.

Les premières estimations de résultats peuvent légalement être divulguées dimanche à 20H00.