Justice

En France, un faux ministre plein d’aplomb devant ses juges

Il est accusé d’avoir trompé plusieurs milliardaires en se faisant passer pour le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Le procès de Gilbert Chikli, qui s’achève mercredi 12 février, a surtout démontré la naïveté de ses cibles

Sept accusés, un préjudice estimé à 50 millions d’euros versés par trois victimes principales dont l’Aga Khan, et un escroc-star à la barre: Gilbert Chikli, 54 ans, interpellé en Ukraine en août 2017, puis extradé en novembre vers la France où il avait déjà été jugé et condamné en 2015 en son absence à 7 ans de prison. Au Tribunal correctionnel de Paris, le procès du «faux Jean-Yves Le Drian» qui doit s’achever mercredi 12 février a surtout mis à nu le talent de bonimenteur du principal suspect et la naïveté de ses cibles parmi lesquelles figuraient, outre le leader religieux de la communauté ismaélienne dont la fondation est basée à Genève, la présidente des vins Château Margaux ou le richissime homme d’affaires turc Inan Kirac.

Première impression dans la salle d’audience, au Palais de justice de Paris. Gilbert Chikli ne cesse de proclamer son innocence. A côté de lui, son principal coaccusé, Anthony Lazarevitch – ils étaient ensemble en Ukraine –, préfère laisser son avocat «contester totalement les faits». Deux styles qui disent leurs tempéraments bien différents. Chikli est un joueur qui adore se regarder dans le miroir de ses présumées magouilles, même devant les magistrats. Or cette combine-là fut le sommet de son art. Ce ressortissant franco-israélien issu d’une famille parisienne d’origine tunisienne est accusé d’avoir contacté, entre l’été 2015 et décembre 2016, plus de 150 «cibles» en se faisant passer pour le ministre français de la Défense de l’époque: Jean-Yves Le Drian, devenu en 2017 le chef de la diplomatie de son pays. On se pince: Chikli n’est en rien le sosie de l’homme politique breton. Il n’en a ni le timbre de voix ni même l’apparence physique au sens large. Mieux: Le Drian, ancien maire socialiste de Lorient, bloc de granit taiseux, a 72 ans, soit vingt ans de plus.