Pour le socialiste vaudois François Cherix, avec les résultats du premier tour de l’élection présidentielle française, on se dirige avant tout vers «un face à face très incertain entre deux mondes: le populisme nationaliste extrême et le camp de la raison progressiste et pro-européen. Ce clivage est plus frontal que jamais.»